Maths ou Histoire ? La solution d'Alphonse
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Maths ou Histoire ? La solution d'Alphonse

Autant confesser tout de suite cette lourde tare :

le matinaute d'@si est plutôt ce que l'on appelle un littéraire. Comme le dit un des matheux invités à tutoyer la ligne j@une cette semaine, je suis même "dominé par la culture littéraire." Et en cela, parfaitement représentatif de "la scène médiatico-intellectuelle", comme dit toujours notre matheux de Ligne j@une, Martin Andler (allez l'écouter, il est très convaincant).

Pour autant, en préparant l'émission de cette semaine avec Birenbaum, il nous est apparu que nous n'aurions pas signé de nos quatre mains réunies (notez au passage la parfaite maitrise de l'addition) la très chic pétition des historiens et intellectuels, protestant contre la suppression de l'Histoire dans les terminales scientifiques. Oui, cette pétition exprime pour une part la réaction de la bonne bourgeoisie, désireuse que ses enfants, ceux qui sont admis en S et destinés aux belles carrières de l'industrie et du commerce, continuent d'avoir le beurre de la compétence scientifique et l'argent du beurre, le vernis des humanités. Oui, l'oreille complaisante que leur prête la plupart des journalistes, est certainement due à la surreprésentation écrasante des littéraires dans la corporation journalistique. La posture anti-intellectuelle congénitale du sarkozysme a fait le reste. Tentons un exercice de pétitionnisme-fiction : si un irréprochable ministre de gauche avait proposé la même réforme, en argumentant de manière sincère et convaincante sur la nécessité de sauver les filières littéraires, la pétition eût-elle réuni toutes ces belles signatures ? (Merci de noter aussi la virtuosité dans l'emploi matinal du passé antérieur conditionnel passé deuxième forme, merci aux vigilants).

La surreprésentation des littéraires est d'ailleurs (mais c'est un autre sujet) une des tares du journalisme français, toujours prompt à s'enflammer sur la princesse de Clèves ou Guy Môquet, mais toujours ramené à sa cancritude sur le climat, le génome ou les mutations d'un virus, et donc incapable d'expliquer clairement ces questions. La solution ? Un autre invité de notre émission, le président de l'association des profs d'histoire-géo, Hubert Tison, suggère une piste inattendue : développer l'étude de... l'histoire des sciences. Eurêka : mettre de l'Histoire dans les sciences, et des sciences dans l'Histoire. Piste prometteuse, que n'eût (bis) pas renié Alphonse Allais, inventeur de l'idée de construire les villes à la campagne, découvreur de la part permanente de loufoque dans le sérieux et inversement, génie insuffisamment enseigné au lycée, toutes sections confondues.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.