Mais pourquoi cachent-ils le bouclier fiscal ?
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Mais pourquoi cachent-ils le bouclier fiscal ?

Combien étaient-ils, les députés UMP, à assister à la réunion-on-maintient-le-cap-dans-la-tempête de l'Elysée ?

Quel taux d'absentéisme, cette fois, après les 50 % d'absentéisme de la réunion avec Fillon, en début de semaine ? Pas un mot ce matin dans les compte rendu de presse. Si un UMP twitteur, comme notre invité d'hier Lionel Tardy, nous lit, nous sommes preneurs d'une feuille de présence.

Maudits chiffres. Le diable est dans les chiffres. Tiens, le bouclier fiscal, justement. Il faudrait se mettre d'accord. Combien ont-ils été en 2009, les bénéficiaires du fameux bouclier ? 18 880, annonce Le Monde à la Une...

...citant le rapporteur du budget, Gilles Carrez. 16 350, rétorque Le Figaro, citant le ministre du Budget François Baroin. Les Echos livrent le même chiffre que Le Figaro. En passant du Parlement (qui vote la loi) au gouvernement (qui fait les chèques de remboursement), ce sont donc, d'après la calculette exclusive du matinaute, 2530 bénéficaires qui se sont volatilisés au -dessus de la Seine. Des petits bénéficaires ? Des gros bénéficaires ? C'est toute la question. Importante. Car, comme l'an dernier, on va se battre sur la présentation de la ventilation du bouclier. Comme le rappellent Les Echos, deux tiers des bénéficiaires appartiennent aux deux premières tranches de l'impôt sur le revenu (0 ou 5,5 %). Mais les 1000 ménages qui possèdent les plus hauts patrimoines "captent" 63% du coût du bouclier. Ajoutons que ce coût a augmenté de 2008 à 2009, passant de 563 à 585 millions d'euros, ce que Bercy relativise, en expliquant que "c'est moins que ce qui était prévu". Précision qui, en effet, rassure toujours.

Je vous entends déjà dans les forums : tiens tiens, ces chiffres sortent maintenant. Mais pourquoi donc ne sont-ils pas sortis avant les Régionales ? Bonne question. Lucie Robequain, ma consoeur des Echos, commence son papier en rappelant que "les chiffres sont restés confidentiels pendant toute la campagne des Régionales, de peur d'attiser les polémiques sur l'injustice fiscale". On se demande bien pourquoi. Si le montant en est négligeable (que représentent ces pauvres 585 millions d'euros, en regard des 144 milliards du déficit de la France, ou des 1500 milliards de la dette publique), si en effet la grosse majorité des bénéficiaires est constituée de petits contribuables, ainsi que vont le marteler dans les jours qui viennent (comme l'an dernier) les derniers défenseurs de l'ustensile, alors il fallait évidemment faire fuiter les chiffres avant les élections. Il fallait que l'UMP en fasse des affiches. Il est même vraisemblable que cette mesure d'équité, et l'émouvante fidélité du gouvernement à cet engagement présidentiel fondateur, auraient fait basculer le résultat des élections.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Guérilla graphique contre 388 députés

Épinglés pour avoir voté la loi Sécurité globale en première lecture

Bouclier fiscal, financiarisation de la dette : le poids de "Bercy"

L'administration contre le gouvernement : un doc de France 5 raconte

Thomas Sotto fâché contre les "vents de l'époque"

Le présentateur, en couple avec la dir'com de Jean Castex, digère mal son retrait de l'émission "Élysée 2022"

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.