Le foot, dans la marmite identitaire
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Le foot, dans la marmite identitaire

A priori, l'affaire du Créteil Bébel

, club de foot musulman qui refuse de jouer contre le Paris Football Gay, club de foot gay, semble trop belle pour être réelle. Trop belle, c'est à dire trop évidemment taillée sur mesure pour les humoralistes des radios du matin (Carlier d'Europe 1 ne s'y est pas trompé, qui décernait solennellement ce matin un carton rouge au club musulman), et pour les débats à rallonge sur les plateaux, et dans les forums. Sans parler de Rama Yade, qui a foncé dans la trouée, avec davantage de chances de succès que lors de sa tentative télévisée de serrer la main d'Obama. On dirait un canular des lascars d'Action Discrète de Canal+, à l'échelle nationale, et dont nous serions tous les pigeons.

Ce qui frappe d'abord, c'est l'argument des dirigeants du Paris Football Gay : "il y a chez nous des homos et des hétéros". Mais alors, pourquoi l'avoir appelé PFG ? Et si l'on assume l'identité gay, pourquoi avoir besoin, à la première polémique, de ressortir ses hétéros alibis ? A l'inverse, le Créteil Bébel ne s'affiche pas musulman pratiquant. Aux yeux d'un non initié, il pourrait passer pour un club tentant de concilier l'ardeur footballistique et la dévotion à Jean-Paul Belmondo. Mais l'identité musulmane est manifestement constitutive de l'âme du club, puisque c'est ainsi qu'il justifie son refus de jouer. Alors, pourquoi ne pas l'afficher ?

Ce qui frappe ensuite, c'est l'évidence absolue dans laquelle semblent se mouvoir les hommes du Bébel. "A partir du moment où eux défendent leur cause, pourquoi moi je défendrais pas la mienne ?" avance le responsable du club. pas le moindre doute à leurs yeux, que le Coran leur interdit de jouer contre les Gays. C'est à celà qu'on reconnait les grands textes : ils avaient tout prévu. En annexe du Coran, figure sans doute un tableau des interdictions et incompatibilités, d'une validité d'une vingtaine de siècles. A l'ère des concurrences identititaires, on connaissait déjà la concurrence noirs contre Juifs, esclavage contre Shoah. Musulmans et gays sont désormais incompatibles : si les identités sexuelles et religieuses entrent aussi dans le jeu de la concurrence, il va falloir revoir les algorithmes. On attend avec impatience le tableau des compatibilités, ou incompatibilités, des Juifs, des Auvergnats, des végétariens, et des pêcheurs sur la Marne.

Note : désormais, abonné au site ou non, vous pouvez choisir de recevoir chaque matin cette chronique dans votre boîte mail. Pour s'inscrire, c'est ici.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.