Le clan Ben Servier enfin dénoncé
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Le clan Ben Servier enfin dénoncé

A qui le tour ? demande la Une de Libé

, exhibant les portraits de quelques dictateurs du monde arabe. Et l'on peut être sûr que dès demain (et pour une durée, disons, d'au moins une semaine), la moindre manifestation de cent personnes, en Jordanie ou au Yemen, fera l'objet d'alertes urgentes des agences de presse, et d'images dans les journaux de Pujadas et Ferrari, comme annonciatrice à l'évidence du "printemps du monde arabe", que prédisent les innombrables ultra-lucides a posteriori. Les JT français, comme nous le disions ici, et comme nous le rappelons dans l'émission de cette semaine, ont été aveugles, plus de dix jours, à la naissance de la révolution tunisienne. Promis, juré, on ne les y reprendra plus. D'ailleurs, Pujadas est à Tunis ce soir. On peut être certain que le régime Ben Ali y sera dénoncé avec force.

De la même manière, la révolution du médicament est en marche. Horreur: voici que jités et radios du matin découvrent que le médicament est une industrie, qui a pour but de faire des profits, en lançant le plus possible de nouveautés, souvent inutiles, et parfois, dangereuses. Mentir, travestir la vérité, circonvenir les experts et les journalistes, tirer tout le bénéfice possible des pesanteurs bureaucratiques: le clan Ben Servier n'a reculé devant rien.

Une fois de plus, tout se passe comme si tout aveuglement, toute myopie, toute complaisance, devaient forcément se racheter par un emballement symétrique. En pages intérieures, le chercheur Gilles Kepel, interrogé par Libé explique parfaitement pourquoi l'Algérie, par exemple, n'est pas le Maroc, et pourquoi une immolation en Algérie ne produira pas forcément les mêmes effets qu'en Tunisie. De la même manière, à propos du Mediator, en cherchant bien, au fond des blogs des plus éminents spécialistes, on trouve quelques timides rappels de la nécessité de l'évaluation du rapport "bénéfice risque": il n'est pas illégitime que le risque lié à la consommation d'un médicament soit pesé, et parfois encouru, en fonction du bénéfice escompté. Mais l'heure n'est pas à dire cela trop fort.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Pourquoi le "choc de simplification" sonne un peu mou

Les nombreuses exceptions d'un texte fourre-tout

En attendant le procès du Mediator, la guérilla judiciaire de Servier

Après L'Obs et Libé, France 2 devant le tribunal

Rojava, rester ou partir? Le dilemme des reporters

ASI s'est entretenu avec des journalistes sur place

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.