Islamophobie, vive les amateurs !
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Islamophobie, vive les amateurs !

Quelques nouvelles futiles en provenance du Japon ou de Libye

vous ayant peut-être tenus éloignés de la campagne française de l'entre-deux-tours des cantonales, en voici un résumé. A droite, la révélation de la semaine est incontestablement le gaffeur comique Guéant, nouveau ministre de l'Intérieur, ancien préfet, ancien secrétaire général de l'Elysée, qui fait preuve d'un tel talent que l'on se demande comment il n'a pas été détecté et exploité plus tôt. Après avoir félicité Sarkozy d'avoir mené la "croisade" pour décrocher le feu vert de l'ONU, et avoir attendu 48 heures pour réaliser qu'il maniait de la nitroglycérine, Guéant s'est empressé de récidiver. Citation exacte: «Les agents des services publics évidemment ne doivent pas porter de signes religieux, manifester une quelconque préférence religieuse, mais les usagers du service public ne doivent pas non plus», a déclaré l'artiste sur i-Télé et Radio Classique. «Par exemple, on sait qu’à l’hôpital il y a un certain nombre de personnes qui refusent, pour des femmes, des soins prodigués par des hommes. Ce n’est pas admissible», a-t-il poursuivi.

La tirade sur "les personnes qui refusent, pour des femmes, des soins prodigués par des hommes" est un des grands classiques des dossiers islamophobes réguliers du Point du débat français sur la laïcité. Mais le premier membre de phrase sur "les usagers" sommés de s'abstenir de "porter des signes religieux" a permis à un journaliste, quelques heures plus tard, de poser à Copé la question suivante: "un rabbin pourra-t-il encore aller à la Poste ?" à la grande fureur du Lanceur de Débats Officiel. On entend d'ici le sourd craquement des blocs entiers d'électeurs se détachant du Front National.

N'oublions pas les socialistes, qui se donnent du mal aussi. Ayant signé une pétition contre le Copé-show islamophobe le débat sur la laïcité, Aubry s'est rendue compte un peu tard que le terrible Tariq Ramadan, Epouvantail Officiel, en était co-signataire. Sous la mitraille du défenseur du droit inaliénable des rabbins à retirer des recommandés, elle s'est empressée, en hâte, d'en effacer sa signature, tandis que L'Obs, diffuseur de la pétition, volait au secours du soldat Aubry, certifiant qu'elle avait signé sans avoir vu la présence de la signature radioactive, à côté de la sienne. Il est dommage de laisser habituellement l'islamophobie aux professionnels. La catégorie amateurs est bien plus drôle.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

ONU

Entre "migrants" et "réfugiés", la presse balance

Quel mot utiliser ? Un débat sémantique, aux implications juridiques

Pour trouver le scoop, suivez l'avion

Comment le "planespotting" est devenu un outil privilégié des journalistes d'investigation

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.