Glanz : le doigt d'honneur de la Justice
chronique

Glanz : le doigt d'honneur de la Justice

A partir de quand une institution cesse-t-elle de mériter "ce sentiment qui s'appelle le respect" ? Il faut parfois un grain de sable, une toute petite chose. Ce grain de sable pourrait s'appeler Gaspard Glanz. Nous le connaissons bien, sur ce site. Nous l'avons souvent invité (liens ici). Journaliste, reporter, cinéaste, documentariste, peu importe comment on désigne Gaspard Glanz. Ce qui me semble le plus adapté, c'est documentariste de l'instant. Son sujet favori, c'est la police. Les policiers qui se déguisent en manifestants. L'homme de main élyséen Benalla qui se déguise en policier. Toutes ces facéties policières.

Bref, samedi dernier, pour l'acte 23 des Gilets jaunes, un commissaire interpelle familièrement Glanz. Et quelques secondes plus tard, une grenade éclate entre ses jambes. Comme Glanz, furieux, part à la recherche du commissaire (vidéo ici), il est repoussé par un policier. A qui il adresse un doigt d'honneur rageur. Un doigt d'honneur ? Outrage ! Outrage, à dépositaire de l'autorité publique. Glanz est promptement embarqué, balayette à l'appui. Pour ce doigt d'honneur, 48 heures de garde à vue, rien de moins. Ce qui signifie que cette garde à vue a été prolongée avec l'autorisation d'un magistrat du parquet. Qu'un magistrat du parquet a estimé qu'un doigt d'honneur valait 48 heures de privation de liberté. Ce qui n'a sans doute rien à voir avec le fait que le procureur de Paris, Rémy Heitz, a été choisi avec un soin tout particulier par le pouvoir. C'est qu'il s'agissait de faire l'enquête, a expliqué sans rire le parquet au Monde. Ah oui. Etablir les tenants et les aboutissants du doigt d'honneur (durée du mouvement, hauteur du bras, orientation, destinataire précis, etc), en plein week-end de Pâques, ça valait bien 48 heures de garde à vue.

Gaspard Glanz n'est pas le garçon le plus docile, ni le plus poli, du monde. Comme l'ont rappelé ses adversaires tout le week-end, outre le doigt d'honneur, il a récemment traité sur Twitter le ministre Castaner de "grosse merde". Détail : c'était après que ce dernier a accusé des ONG en Méditerranée de "réelle collusion" avec les passeurs. Lycéen, à 15 ans, en plein mouvement contre le CPE, il avait déjà été poursuivi pour avoir insulté sa proviseure (ce qu'il avait nié). Avec ces antécédents (sans parler de l'affaire du talkie walkie), on comprend que les journalistes encartés fassent la fine bouche devant sa garde à vue. Si le Syndicat National des Journalistes et Reporters Sans Frontières ont immédiatement protesté contre les gardes à vue de Glanz et d'un autre reporter indépendant, Alexis Kraland, une chaîne sérieuse comme France 3 a finalement trappé un reportage sur le sujet, en découvrant le pedigree suspect des individus concernés. Quant à la principale chaîne du service public, France 2, elle n'en a pas soufflé mot, préférant se concentrer tout le week-end sur les-immondes- cris "suicidez-vous !" adressés à la police par une poignée de manifestants. Y compris en tournant un sujet à Landivisiau (Finistère).

Circonstance aggravante aux yeux de France 3, Gaspard Glanz n'est pas détenteur de la carte de presse. France 3 est une chaîne sérieuse, faite par des journalistes détenteurs de la carte de presse. Ce sont des détenteurs de la carte de presse, qui n'ont pas hésité récemment à tronquer une pancarte "Macron dégage". Ailleurs encore, à CNews, ce sont des détenteurs de la carte de presse, qui ont illustré un sujet sur le week-end présidentiel avec... des images de l'an dernier. 

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.