Etat de nécessité climatique : le retour du juge Magnaud
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Etat de nécessité climatique : le retour du juge Magnaud

Réservé à nos abonné.e.s

C'est une décision, au sens propre, sidérante. Deux militants du mouvement Action Non Violente COP 21, qui avaient décroché des portraits officiels d'Emmanuel Macron pour alerter contre le décrochage, par la France, de ses objectifs climat, ont été relaxés hier par le tribunal de Lyon. Mais cette décision, en elle-même, n'est rien. Il faut lire, mot à mot, les attendus du jugement de Lyon. Selon le tribunal, la réalité du dérèglement climatique "affecte gravement l’avenir de l’humanité", ce qui légitime "d’autres formes de participation" des citoyens, "dans le cadre d’un devoir de vigilance critique". L’intrusion d’une vingtaine de militants dans la mairie d’arrondissement de Lyon où le portrait a été décroché ayant troublé l’ordre pub...

Il vous reste 86% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.