Delahousse, la start-upeuse, et la balançoire
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Delahousse, la start-upeuse, et la balançoire

Changer de vie ! Quitter Paris, ses embouteillages, sa Ligne 13 bondée, et ses parcs obstinément fermés par Olivier Véran, malgré l'obstination de Anne Hidalgo ! C'est le souhait le plus cher, annonçait l'autre soir le 20 Heures de Laurent Delahousse, de "42% des Franciliens", qui veulent "quitter Paris dès que possible". Preuve vivante, ce jeune couple, Kelly Simon et Olivier Munyandina  que le jité a déniché dans une grande maison de La Rochelle, avec piscine et balançoires...

...et qui "a décidé de s'échapper de la capitale mi-mars, et goûter aux plaisirs d'un grand jardin", en compagnie de William, un an, grand amateur de plaisirs olfactifs.

42% ? Dès que possible ? Pourquoi pas ? Surtout si la vaste province ressemble à ça, une grande maison avec piscine et balançoires. Le chiffre, précise France 2 en petits caractères, provient d'une étude de "Paris je te quitte"

Laquelle "Paris je te quitte", comme le montre son site, est une sympathique start-up qui prodigue ses conseils immobiliers aux Parisiens qui souhaitent quitter les miasmes, et ses conseils marketing aux entreprises et aux collectivités locales implantées loin de Paris, qui souhaitent attirer les Parisiens sur le départ. Un créneau porteur, assurément. Et une belle histoire, que la start up raconte elle-même, celle de quatre jeunes gens (trois femmes, un homme) qui ont eux-même décidé de quitter Paris, pour se mettre "au service de votre mobilité et de la mise en valeur de votre entreprise / territoire". Quatre fondateurs : Aurélie, Solène, Julien et ... Kelly. 

Tiens, Kelly ? Quelle coïncidence. Ne serait-ce pas justement la jeune maman en balançoire de La Rochelle ? Mais oui. C'est elle. Et elle est aussi l'auteure de "l'étude"citée par France 2, fondée sur "un questionnaire en ligne auto-administré auprès de 866 personnes, et redressé selon la méthode des quotas." (et où on ne retrouve d'ailleurs pas les fameux 42%). C'est bien elle, qui a réussi à vendre une belle page de pub au 20 Heures de France 2, sans débourser un centime. Un chiffre choc dans une étude intéressée, de belles images qui font rêver ou qui font peur : le modèle fonctionne, aussi bien pour les moustiques-tigre, que pour le "slashing". Une jolie carte postale, une bonne cause, et quelques secondes de rêve pour les téléspectateurs coincés dans les miasmes : qui s'en plaindrait ?



Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.