Contrer Cukierman
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Contrer Cukierman

Dans la série "les grands vieillards se lâchent", après

Tesson, après Dumas, voici Roger Cukierman. Roger Cukierman, 79 ans, est le président du CRIF, le conseil représentatif des institutions juives de France. Qui représente-t-il exactement ? Qui l'a élu ? Qui le renouvelle à son poste ? Personne ne le sait exactement, mais il est là, il a micro ouvert, et une fois l'an, c'est lui qui invite à un dîner de gala les huiles de la République (largement aux frais du contribuable, d'ailleurs. Le carton d'invitation, mentionnant le prix de 900 euros par couvert, ouvrant droit à une déduction fiscale de 800 euros, fait les délices d'une partie de l'islamosphère).

Cukierman, lundi matin, est donc invité d'Elkabbach. Et entre autres énormités, il dit deux choses. Premièrement que sur le plan de l'antisémitisme, Marine Le Pen est "personnellement irréprochable", même si quelques légers antécédents dans son parti empêchent malencontreusement son invitation au dîner annuel. Deuxièmement, que les violences antisémites sont toutes "commises par des jeunes musulmans", même si c'est "une toute petite minorité des musulmans français". N'empêche qu'il faut absolument que "les musulmans eux-mêmes se mobilisent pour les contrer".

Toutes les violences commises par de jeunes musulmans ? On attend les réactions. On est sûrs qu'elles ne vont pas manquer. Après tout, Zemmour a été poursuivi pour une déclaration à peu près similaire, sur "les Noirs et les arabes". Les intellectuels, les politiques, le MRAP, la LICRA, tous ceux qui ont réagi la semaine dernière après le dérapage antisémite coproduit par Bourdin et Dumas sur RMC, tous ceux qui ont expliqué sans même en examiner le bienfondé, que ce genre de phrase est tout bonnement inacceptable, tous ceux-là vont forcément réagir une fois de plus. Pas possible qu'il en soit autrement.

Mais non. Personne. Un tweet réprobateur immédiat de... Laurence Parisot, un dessin bienvenu de Johann Sfar posté sur Instagram, et c'est à peu près tout. Le soir, au dîner du CRIF, Hollande prononce le discours prévu. Tout juste prend-il soin de rappeler que le saccage du cimetière de Sarre-Union était le fait de "Français de souche, comme on dit", première occurence remarquable du terme dans une bouche officielle, qui peut, à la limite, en tendant bien l'oreille, s'interpréter comme une réponse polie à Cukierman. Pour le reste, tout le monde est là, sauf le recteur de la Mosquée de Paris Dalil Boubakeur, qui s'est décommandé. Mais, à en croire Cukierman, c'est un accès de mauvaise humeur passagère, ça va s'arranger. Si on était très mauvais esprit, on serait tenté de conclure que "tous les dérapages islamophobes sont commis par des gérontes juifs". Ce n'est certes "qu'une toute petite minorité de la communauté juive française". N'empêche qu'il serait bienvenu "que les Juifs eux-mêmes se mobilisent pour les contrer".

Sfar Ta gueule Roger
Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.