Chatel, pitié pour le cancre !
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Chatel, pitié pour le cancre !

Une fuite ? Quelle fuite ? Elle a été colmatée, circonscrite, limitée: il fallait l'entendre, Chatel

, face à Aphatie, torturer son dictionnaire des synonymes, pour minorer l'importance de la première web-fuite de l'histoire du bac, et justifier sa décision de ne pas faire repasser l'épreuve de probabilités du bac S. Les points de l'exercice fatidique seront donc gelés, et "selon les résultats observés sur des copies test, ils seront répartis sur les exercices 2 et 3, les mieux réussis par les candidats" a précisé Chatel. S'il a pris cette décision, qui a déjà déclenché parait-il, des pétitions, en attendant les recours en justice, ce n'est évidemment pas pour une mesquine raison de moyens, non. Des moyens, l'Education Nationale en regorge, c'est bien connu. Si l'on voulait faire passer un bac chaque semaine tout au long de l'année scolaire, rien de plus facile, le ministère alignerait autant d'examinateurs et de correcteurs que décidé. S'il a pris cette décision, c'est évidemment pour ne pas perturber les élèves, petites choses fragiles. Quant aux copies tangentes, promis juré, on les examinera une à une.

Autant l'avouer: sans renoncer à ma sourcilleuse indépendance de matinaute -le matinaute est par nature indépendant et sourcilleux- je ne puis m'empêcher de compatir aux affres de l'ex-élève Chatel, Luc, confronté à la première web-fuite de l'histoire du bac, rien qu'à imaginer sa journée de mercredi. Comment donc ? Voilà un homme parvenu aux plus hautes responsabilités à la force du poignet, un homme qui ne maitrise pas une règle de trois de niveau CM2, et ose l'avouer sans honte (comme on a pu le voir l'autre semaine face à Bourdin), voilà l'exemple vivant de l'ascension sociale, qui se retrouve plongé dans la quintessence du cauchemar du cancre: devoir résoudre une crise touchant aux maths, et voir se rebeller contre lui l'armée unanime des profs de maths, épaulée de la fine fleur de la bourgeoisie française, celle dont les enfants passent le bac S !

"Soit un exercice noté sur quatre points, dans une épreuve dotée d'un coefficient sept": comment ne pas voir que ce simple morceau d'énoncé est en lui-même un cauchemar pour M. Chatel, et qu'il sollicite de lui un effort surhumain ? Lycéens révoltés, parents en colère, profs rebelles, ayez pitié! "Soit une répartition sur les exercices 2 et 3 des points gelés sur l'exercice 1. A combien doit se monter l'échantillon test, sachant que...": faut-il additionner ? Soustraire ? Multiplier ? Et le chronomètre qui tourne ! Pris de panique, Chatel a rendu copie blanche.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.