Bayrou, l'oubliette et les micros
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Bayrou, l'oubliette et les micros

Le gîte et le couvert, qu'offrent en permanence à François Bayrou depuis deux ans
  les grands médias audiovisuels, est un étonnant phénomène d'hospitalité. Qu'il publie un livre, et toute la médiasphère est au rendez-vous. On se réveille avec le "brûlot" de Bayrou à RTL (tiens, il n'a pas été mis en ligne sur le site, un oubli certainement), on se couche avec le "réquisitoire", la "charge lourde et systématique" (Pujadas) de Bayrou sur France 2 (TF1 l'ayant tout de même désinvité dans des conditions obscures). Il parvient même à rivaliser avec la grippe porcine, qui a pourtant réduit en bouillie toute autre actualité.

Pourquoi ? Politiquement, il ne pèse plus rien. Les snipers de l'Elysée, paniqués par les sondages qui le donnent comme le seul adversaire susceptible de battre Sarkozy en 2012, l'ont méthodiquement dépouillé de tous ses élus, de tous ses amis. Il siège seul à l'Assemblée. Il est nu. Hormis une candidature à la présidentielle de 2012, son programme est des plus flous. Dans son désert, ne poussent que les micros. Heureusement, il y en a beaucoup.

Alors, pourquoi Aphatie, Pujadas et les autres bravent-ils les foudres du Château, en traitant le Béarnais comme un Roi en exil ? (la nécessité de remplir la colonne opposition dans les comptages envoyés chaque mois au CSA n'expliquant pas tout). Deux hypothèses. Soit (hypothèse cynique) ils regardent les sondages, et ménagent l'avenir. Soit (hypothèse naïve) certaines voix sont assez fortes, et sonnent assez juste, pour toujours se faire entendre, même du fond de l'oubliette.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.