Abrège, Marie !
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Abrège, Marie !

Cinq ans pour reconstruire ? On va le faire, a décidé Macron. On peut le faire ! répète Christophe Barbier sur BFM : "Cinq ans, c'est les jeux olympiques. Le monde entier va venir à Paris, il faut que Notre-Dame soit terminée, inaugurée". Allez Marie, pleine de grâce, finis-en donc de t'apprêter, abrège tes essayages devant la glace, bois ou béton, choisis ce que tu voudras, mais choisis vite, pas de chichis, t'entends pas la planète supporters qui frappe à la porte, qui se déverse en France par les aéroports privatisés ? Tu crois qu'ils sont venus jusqu'ici pour voir des échafaudages ? Et attention, si tu lambines, j'appelle le général (puisqu'un général cinq étoiles septuagénaire va superviser le chantier).

Barbier, encore : "Pourquoi on nous dit dix ans, quinze ans, chez les professionnels de la profession ? Parce qu'ils veulent faire de Notre-Dame Leur Dame, travailler avec délectation sur ce chantier." Allez les esthètes, les perfectionnistes, remuez-vous un peu. Les Chinois font des centrales nucléaires en quelques mois, Barbier trousse un édito en cinq minutes, et Amazon Prime livre à 24 heures. Qu'attendez-vous ? (Pour lire ce que disent les professionnels de la profession, ce qu'ils disent en détail, puisque vous n'entendrez pas ces grincheux sur BFM, c'est ici). 

Cinq ans, c'est le mot d'ordre. C'est l'étendard de l'introuvable unité nationale, enfin retrouvée. Suivez mon regard. Car il y a ce qu'a dit Macron, et ce qu'il n'a pas dit, mais pensé si fort que BFM l'a entendu. Finissez-en donc, les Gilets jaunes de "martyriser Paris" adjurent les nouvelles Sainte Geneviève jumelles, Sainte Ruth et Sainte Appoline (voir notre montage).  Notre-Dame après l'Arc de triomphe : Paris a tant souffert ces derniers mois, laissez-le donc souffler. Sur les cendres encore fumantes de la cathédrale, le pouvoir et ses ventriloques se jettent avec mille calculs, mille espoirs inavouables et pourtant si visibles.  

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.