Notre-Dame des tranquilles, Notre-Dame des pressés
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Notre-Dame des tranquilles, Notre-Dame des pressés

Réservé à nos abonné.e.s

C'est formidable, ces milliardaires qui se taclent par salariés interposés sur la radio de service public. Et hop, mine de rien, Dominique Seux (salarié de Bernard Arnault) tacle Jean-Jacques Aillagon (salarié de François Pinault). Pourquoi ? Auteur d'une loi sur le mécénat qui porte son nom, l'ancien ministre de la Culture a proposé hier de hisser à 90% la déductibilité des dons affectés à la reconstruction de Notre-Dame (actuellement seulement de 60%). "Un élan inopportun et maladroit", dit Seux. Message reçu quelques instants plus tard, sur la même radio, par Aillagon, qui regagne précipitamment le plancher des 60%. Il s'était prononcé dans l'enthousiasme du moment. Près d'un milliard d'euros ayant déjà été récolté mercredi matin, 60% de...

Il vous reste 72% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.