César rendu à lui-même
Le jeu des 7 erreurs
Le jeu des 7 erreurs
chronique

César rendu à lui-même

Réservé à nos abonné.e.s

Je découvre le visage d’un César que je ne soupçonnais pas. Ou plutôt que je ne connaissais qu’au travers des péplums hollywoodiens, de la série Rome et bien sûr des bandes dessinées d’Astérix. Voilà bien un César anti-star, un César de proximité, un César à des années lumières du demi-dieu que nous vend la postérité depuis des siècles.

Un César qui nous a longtemps snobé; de son profil de médaille il nous ignorait superbement, regardant toujours vers un ailleurs, les yeux tournés vers d’autres conquêtes ou tout simplement vers l’&eacute...

Il vous reste 77% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Plus belles les marques : les séries intègrent la publicité

Le placement de produits dans Plus belle la vie, Joséphine ange gardien, etc.

20minutes.fr couvre les Césars avec Twitter

Journalisme participatif, ou gadget low cost ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.