Entre tumulte et omerta
La vie du site
La vie du site
chronique

Entre tumulte et omerta

Il y a, pour nous, les sujets évidents, et les autres.

Qui a désiré la médiatisation de l'opération de police de Villiers-le-Bel ? Cette médiatisation fait-elle le jeu du pouvoir ? Voilà un sujet lourd, qu'à l'évidence, nous devons traiter ici.

Et puis, il y a les autres sujets. Des sujets brûlants, sur lesquels ça castagne, mais sur des questions, ou avec une pertinence, qui peuvent paraitre secondaires.

C'étaient les débats de notre réunion habituelle du lundi matin.

Deux exemples, de sujets sur lesquels "ça chauffe", mais sur lesquels nous souhaitons y réfléchir à deux fois, avant de nous lancer.

Un ancien producteur, proche de plusieurs animateurs de télé, Michel Malaussena, publie un livre dans lequel il vide son sac sur un certain nombre d'icônes, au premier rang desquels Stephane Collaro, Thierry Ardisson, et Mireille Dumas. Méprisants, radins, paresseux, etc : n'en jetez plus. Le livre est mélange allègrement l'essentiel et l'accessoire, mais l'auteur est un témoin de première main, et ce type de témoignage "de l'intérieur" est rare.

Comme souvent, ce livre est environné d'un halo de censure, qui ne peut pas nuire à son lancement. Ses invitations dans l'audiovisuel ont été chichement mesurées. Est-on en présence d'une véritable omerta, décrétée par le milieu, contre le renégat qui crache dans la soupe, ou d'une opération promotionnelle bien conduite ?

Deuxième exemple. Une video a embrasé la Toile pendant tout le week-end. On y voit Jean-Marie Cavada, candidat soutenu par l'UMP dans le 12ème arrondissement de Paris, écouter sans broncher, dans une réunion publique, un journaliste qui semble tenir des propos connotés par l'antisémitisme. Mais les propos sont ambigus. Au seul visionnage de la vidéo, un doute subsiste sur leur antisémitisme. C'est pourquoi, prudemment, nous avons rangé l'affaire dans nos vite dits, sous la rubrique ça reste à vérifier.

Que devons-nous faire ? Où est notre place ? Ces vérifications, qui restent à effectuer, en valent-elles la peine ? Faut-il foncer dans ces embrasements, au risque de rajouter du bruit au bruit, ou nous en détourner, au risque de contribuer nous aussi à une authentique omerta ?

A l'époque de France 5, sans doute aurions-nous davantage encore hésité à traiter ces deux sujets, pour ne pas risquer de leur accorder, par la diffusion sur un "grand média", davantage d'écho qu'ils n'en méritent.

C'est sans doute le choix fait par nos confrères de TF1 et de France 3, qui n'ont pas accordé une seule seconde d'antenne à l'affaire du SMS. Nous ne leur jetons pas la pierre. Où est la censure ? Où est le bruit inutile ? Bien malin qui peut répondre, aujourd'hui, à ces questions indémêlables.

Mais ici, dans le chaudron bouillonnant d'Internet, rien de tel ne nous retient. Nous sommes exactement à égale distance des deux détestables divinités, Tumulte et Omerta. A nous de décider, et de construire, patiemment, à partir de rien, nos instruments de navigation.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.