Un oeil rond dans la nuit
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

Un oeil rond dans la nuit

Réservé à nos abonné.e.s

La Ronde de nuit de Peter Greenaway (Nightwatching en langage grand-breton) est sur nos écrans depuis mercredi 27 février. Jetons un oeil rapide et ulcéré sur l'affiche française de ce film, véritable insulte à l'intelligence :

Les quatre portraits aux bords indécis penchant vers la gauche s'inspirent de Fur : portrait imaginaire de Diane Arbus (célèbre photographe amerlocaine).

Les gros plans sur les personnages principaux et le titre blanc sur fond noir font penser à la publicité de films français "d'auteur" tels Comme une image.

 

On voit par là que le copié-collé fait encore une fois office d'imagination.

...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.