L'affaire des vieux os du Christ
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

L'affaire des vieux os du Christ

Réservé à nos abonné.e.s
«On a retrouvé la tombe de Jésus ! Elle est remplie d'ossements, cela prouve que Jésus n'a jamais ressuscité, que cette histoire de Fils de Dieu n'est que sornettes, balivernes et billevesées ! » Cette polémique, déjà ancienne, resurgit ces jours-ci grâce aux travaux d'un géologue israélien évoqués dans un article du New York Times daté du 4 avril 2015, et ailleurs. Sa découverte va-t-elle mettre à bas l'essentiel du dogme de la religion chrétienne ? Va-t-elle changer notre façon de regarder les oeuvres religieuses suspendues aux murs de nos musées ? Pas sûr…

C'est une vieille histoire que celle des ossements de Jésus, une valse des vieux os à trois temps.

Premier temps
La découverte accidentelle, le 28 mars 1980, d'un tombeau sis dans le quartier de Talpiot, à Jérusalem Est :

nouveau media

Le tombeau de Talpiot, à Jérusalem Est


À l'intérieur, dix urnes de calcaire contenant des ossements (les Juifs du 1er siècle inhumaient leurs défunts enroulés dans un suaire avant de récupérer, un an plus tard, les os qu'ils plaçaient dans une urne). Sur six de ces urnes, des inscriptions déchiffrées en 1994 : Yeshua bar Yehosef (Jésus, fils de Joseph), Maria (Marie), Yose (Joseph), Yehuda bar Yeshu...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.