Poupées de cire
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

Poupées de cire

Réservé à nos abonné.e.s
Un homme à poigne décédé à qui l'on avait donné un surnom, une foule en pleurs, un futur embaumement pour que le peuple n'oublie jamais, un visage de cire conservé à 16,6° : il semblerait que l'Histoire, qui soi-disant ne repasse jamais les plats, se mette à bégayer parfois.

Hugo Rafael Chávez Frías, surnommé El Comandante, est mort le 5 mars dernier. Le Venezuela pleure. Mélenchon brûle un cierge devant cette photo :


Sauf que cette image, qui circule actuellement dans la presse sud-américaine, est un faux, nous apprend Ética Segura dans sa rubrique Ética de la imagen (Éthique de l'image). Il s'agit en vérité d'un montage effectué sur une photo du cadavre de John Locke (interprété par Terry O’Quinn) personnage de la série Lost. Avec un petit coup de flou et de "bruit", pour donner à penser que nous avons affaire à une photo volée prise avec un téléphone portable :


Ob...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.