Mohammed d'Alep, et les bâtisseurs de rêve
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

Mohammed d'Alep, et les bâtisseurs de rêve

Réservé à nos abonné.e.s
Il s'appelle Mohammed Qutaish, il a treize ans, et il est en train de reconstruire la ville d'Alep avec du papier et du carton.



Célèbre pour son passé, ses trésors architecturaux, sa cuisine fine et ses savons, Alep est depuis quatre ans l'une des villes les plus dangereuses du monde. Hier encore, l'armée syrienne appuyée par l'aviation russe lançait une offensive au sud de la ville ; avec son lot de civils abattus, inévitables dommages collatéraux (voir par là).

Cependant, malgré les tirs et les bombardements, malgré la mort en embuscade à chaque coin de rue, Mohammed Qutaish ne veut pas quitter la ville, ne veut pas quitter la Syrie. Il reste et, l'espoir chevillé au corps, rêve d'une Alep à nouveau radieuse qu'il reconstruit patiemment sur une table.

La v...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Sans journalistes sur place, d'où viennent les infos sur Alep

ONG internationales, activistes ou groupes locaux

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.