Liberati / Ionesco : procès sur fond de pédopornographie familiale
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

Liberati / Ionesco : procès sur fond de pédopornographie familiale

Réservé à nos abonné.e.s
L'écrivain Simon Liberati s'apprête à faire paraître un roman consacré à son épouse, Eva Ionesco. Celle-ci gagna récemment un procès contre sa mère, la photographe Irina Ionesco, qui la fit poser nue quand elle était enfant. Aujourd'hui, la photographe attaque en diffamation l'écrivain.



« La requête en référé a été validée la semaine dernière et l’audience aura lieu lundi 3 août en fin de matinée. L’accusation demande l’interdiction du livre, la suppression des passages liés à la vie privée d’Irina Ionesco et des dommages et intérêts », nous apprend Livres-Hebdo (article sur abonnement).

C'est une histoire sordide, qui n'en finit pas. Dans les années 70, la photographe Irina Ionesco faisait poser sa fille Eva pour des photos à caractère érotique alors qu'elle avait entre quatre et douze ans. Photos qui, à l'époque, rencontrèrent un vif su...

Il vous reste 83% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.