Le petit Omran, icône syrienne 2016
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

Le petit Omran, icône syrienne 2016

Réservé à nos abonné.e.s
Ces images d'un gamin rescapé d'un bombardement à Alep en Syrie font le tour du monde depuis jeudi dernier. Dans son édition de vendredi, Le Monde a publié à la une trois photos quasi identiques, trois captures d'écran issues d'une vidéo nous montrant l'enfant assis dans une ambulance :


Pourquoi trois images, alors qu'une seule aurait pu suffire ? Trois mouvements arrêtés nous rappelant qu'il s'agit d'images filmées, peut-être. À moins qu'il s'agisse d'une tout autre raison. Des critères purement esthétiques, par exemple. Trois fois le même personnage, sur fond orange ; cette combinaison peut faire penser au tout premier triptyque de Francis Bacon, Trois études de personnages au pied d'une crucifixion :

Trois études de personnages au pied d'une crucifixion, 1944
Huile et pastel sur isorel


Trois monstres hurlants posés sur une table, sur un guéridon. Images de la souffrance absolue, rappels du Guernica de Picasso. L'enfant, lui, n'a mal nulle...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.