De la crise grecque à Shutter Island
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

De la crise grecque à Shutter Island

Thérapie de choc et hallucinations

Réservé à nos abonné.e.s

C’est très désagréable cette impression : qu’il y a deux réalités. Ou bien une seule, mais que les manières de la comprendre sont si diamétralement opposées qu’on ne peut les embrasser ensemble sans avoir l’impression de devenir fou. La première "réalité" de la crise grecque nous montre un pays qui a joué avec le feu, un peu truqueur un peu menteur, et qui doit, maintenant que sonne l’heure de vérité, payer l’addition. Ça s’impose comme une évidence mathématique : n’y a plus d’argent, faut arrêter d’en dépenser follement (ces treizième et quator...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

BlackRock, maître du monde et des pensions de retraite

Un documentaire d'Arte décrit la surpuissance planétaire d'un financier US qui a rencontré plusieurs fois des membres du gouvernement Macron

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.