Au Sarkozistan, la fronde s'est réfugiée sur Internet
Chez les sarkozis
Chez les sarkozis
chronique

Au Sarkozistan, la fronde s'est réfugiée sur Internet

Réservé à nos abonné.e.s

Je vous décrivais la semaine dernière la mécanique de l'inamovibilité des puissants du Sarkozistan. On en a eu une éclatante illustration dans la semaine, avec les déboires du ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner. Ce hiérarque colérique, transfuge de l'opposition, et militant très médiatisé des droits de l'homme au siècle dernier, a décroché son poste avec deux atouts majeurs : sa popularité, et le fait, rapportent les journalistes locaux habitués du sérail qu'il s'entend, dans les voyages officiels, à faire rire le Numéro Un. Ayant touché le fond du déshonneur en accu...

Il vous reste 88% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.