#BRINGBACKOURGIRLS : la larme de trop
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

#BRINGBACKOURGIRLS : la larme de trop

Réservé à nos abonné.e.s
Depuis quelques jours se propage sur les rézosociaux une campagne demandant la libération des 200 gamines nigérianes enlevées par la secte Boko Haram. Des images de plusieurs jeunes filles sont utilisées. Problème : aucune des filles sur les portraits n'a été enlevée... ou n'est même nigériane. Alors d'où viennent ces photos ?


Les trois photos ci-dessus ne sont pas du tout les portraits de trois des gamines nigérianes enlevées. Mais quelle importance, toutes ces négresses se ressemblent, n'est-ce pas !

Deux d'entre elles vivent en Guinée-Bissau, à 1 500 kilomètres du Nigeria. Ces photos ont été volées sur le site d'une célèbre photographe américaine, Ami Vitale. La troisième, signée Melanie Blanding, a été prise au Congo.

« Ces photos n'ont rien à voir avec ces jeunes filles qui ont été kidnappées, a confié hier Ami Vitale au New York Times. Elles sont de Guinée-Bissau, et mon reportage parlait d'un suj...

Il vous reste 79% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.