Mobilisation pour les lycéennes enlevées au Nigéria : pourquoi si tard ?
enquête

Mobilisation pour les lycéennes enlevées au Nigéria : pourquoi si tard ?

Réservé à nos abonné.e.s
Plus de 200 lycéennes enlevées il y a plus de trois semaines et une mobilisation médiatique qui se met tout juste en place : en France comme ailleurs, la presse et les journaux télévisés ont tardé à mesurer l'ampleur du kidnapping, sans précédent, contrairement aux réseaux sociaux. D'autres exactions, toujours au Nigéria, restent elles toujours totalement occultées.

"Il aura fallu du temps. Il y a trois semaines la secte Boko Haram enlevait plus de 200 lycéennes..." Le sujet du journal de 8 heures de France Inter, sur l'enlèvement massif de jeunes filles au Nigéria, sonnait ce matin presque comme un aveu. Il faut dire que face à un événement d'une telle ampleur, la réaction médiatique et politique a été pour le moins timide.

Si vous regardez par exemple le JT de 20h de France 2, il aura fallu attendre le lundi 5 mai pour que David Pujadas vous apprenne le détail de l'affaire, soit plus de trois semaines après les événements. Du côté de TF1, impossible de trouver un seul sujet, en trois sem...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.