Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Libération écrit sur la "magouille TVA" de Drahi (en citant Niel)

Par le - 17h41 - lu

A Libération, il est interdit de troller Patrick Drahi sur les réseaux sociaux. En revanche, on peut dire, sur le site, qu'il a inséré de la presse dans ses forfaits téléphoniques pour bénéficier d'une TVA réduite. Le tout en s'appuyant sur la citation d'un des plus grands concurrents de Drahi, Xavier Niel.

nouveau media

La question est posée par un certain Djaffar à CheckNews, service mis en place le 19 septembre dernier par le service Desintox de Libé, qui répond depuis directement aux questions des internautes. Elle est simple : "Est-il vrai que Patrick Drahi a mis de la presse dans ses forfaits téléphoniques pour bénéficier d'une TVA réduite ?". La réponse est limpide : "En offrant à ses abonnés mobile et fixe la lecture des journaux du groupe (dont Libération) dans des offres combinées, SFR a appliqué le taux réduit de la TVA presse (2,1% contre 20% pour la téléphonie) à une partie de la facture acquittée par les abonnés".

Dans cet article, les journalistes de Libé précisent aussi que ce modèle aurait permis au groupe d'économiser entre 216 et 360 millions d'euros de TVA, en se fondant sur les comptes du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne. Comble de l'irrévérence : dans sa réponse, Libé cite Xavier Niel, l'un des concurrents directs de Drahi dans le secteur de la presse et des telecoms, et qui avait dénoncé, le 22 octobre, une "magouille de TVA" de Drahi sur le plateau de l'émission de Mouloud Achour, Clique Dimanche, diffusée sur Canal+.

Quand Niel tacle Drahi sur Canal+

Comme l'explique aussi Libé, cette économie pourrait bientôt être partiellement remise en cause par les parlementaires. "Dans le projet de loi de Finances, l'Assemblée nationale a voté un amendement au code des impôts limitant l'application de ce taux réduit aux seules sommes versées aux journaux en échange de l'intégration des contenus", explique CheckNews. Si cet amendement était voté, l'économie de TVA serait beaucoup moins importante pour SFR (et se limiterait à 10 millions d'euros selon Les Echos, cité par Libé).

Ce n'est pas la première fois que CheckNews répond à une question sur son patron. Le 9 octobre, un certain Johan avait déjà demandé : "Pouvez-vous critiquer Patrick Drahi, dirigeant de l'empire luxembourgeois Altice et surtout propriétaire de Libération ?". Qu'avaient répondu les journalistes du quotidien ? "Traite-t-on Patrick Drahi à Libération avec la même liberté que des journalistes n'appartenant pas à son groupe de presse? Il serait naïf de le prétendre sans réserve. Probablement que certains médias seraient plus enclins à lancer certaines enquêtes sur Patrick Drahi. Probablement y a-t-il une part d'autocensure". Avant de rappeler qu'il y avait eu dans le quotidien de Drahi davantage d'enquêtes sur SFR que sur Free ou Orange. Récemment, avec en toile de fond une assemblée générale houleuse, Libé avait aussi publié une double page pour le moins critique sur la stratégie globable de Drahi à la tête du groupe, titrée : "Patrick Drahi, avec SFR, le risque du très haut dépit".


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Pour le reste, la situation à Libération, qui a récemment déménagé pour rejoindre la pépinière Altice (L'Express, RMC, BFMTV, etc.), reste toujours aussi floue. Depuis le plan social de 2014 qui a occasionné le départ de près de 90 salariés, la rédaction, à l’effectif amoindri, navigue à vue. Le 20 novembre, lors du prochain comité d'entreprise, le nouveau directeur général du journal, le sixième en deux ans, devrait être présenté. Des réponses devraient aussi être apportées aux journalistes, qui ont notamment demandé un droit de vote sur la nomination du successeur du numéro 2 de Libé, Johan Hufnagel, parti rejoindre une start-up vidéo.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Drahi, magnat compulsif

nouveau media

Drahi pour les Nuls

chronique publié(e) le 21/11/2017 chez les matinautes Article temporairement gratuit

Année après année, on lit des dizaines et des dizaines d'articles sur Patrick Drahi. On parcourt même des livres. On tente de comprendre pourquoi ça marche. Comment, en quelques années, il a pu constituer un empire multimedia par l'endettement, pourquoi les banques et les investisseurs l'ont ...

nouveau media

A Libération, interdiction de troller Patrick Drahi sur Twitter

Hufnagel : "Arrêtez de régler vos comptes avec Altice sur les réseaux sociaux"

enquête publié(e) le 02/11/2017 par Robin Andraca

Assemblée générale de salariés, double page critique sur le patron dans le journal et... règlements de compte sur Twitter ? La grogne des journalistes de Libération contre leur patron, Patrick Drahi, se poursuit. Et peut aussi se voir sur Twitter où, depuis plusieurs semaines, les ...

nouveau media

SFR Presse, "machine à tuer le journalisme de qualité" ? (Le Point)

suivi publié(e) le 23/03/2017 par Capucine Truong

Drahi veut-il "tuer le journalisme de qualité" ? Le directeur du Point, Etienne Gernelle, s’est fendu d’une double attaque en règle contre l’initiative du groupe de Patrick Drahi, SFR, qui propose depuis peu 60 titres de presse en accès numérique avec son offre d’accès internet. SFR ...

Tous les contenus de ce dossier >