Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Kamel Daoud : fatwa et réponse sur Facebook

Par le - 15h40 - lu

"50 nuances de haine." Le finaliste du Goncourt 2014 Kamel Daoud, auteur algérien de Meursault contre-enquête est dans le viseur des salafistes algériens. Un des chefs du groupe "Front de l'éveil salafiste libre", l'imam Abd El Fettah Hamdache, a appelé mardi "le système algérien à condamner à mort publiquement" l'écrivain, qualifié d'"apostat, mécréant, sionisé" et de "criminel [qui] insulte Dieu".


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Capture TSA-Algérie du post d'Abd El Fettah Hamdache

Aux yeux du chef salafiste autoproclamé, l'écrivain mènerait une "guerre contre Allah" et "si la charia islamique était appliquée en Algérie, la sanction serait la mort pour apostasie et hérésie". En cause, les critiques souvent virulentes que Daoud adresse à la société algérienne et à une conception rigoriste de l'islam, dans des chroniques comme "En quoi les musulmans sont-ils utiles pour l'humanité?" ou "Ce pourquoi je ne suis pas 'solidaire' avec la Palestine", rapportent Les Inrocks, qui notent son côté "iconoclaste et provocateur". Mais la fatwa intervient surtout quelques jours après l'intervention de Daoud sur le plateau de Laurent Ruquier, samedi 13 décembre.

Daoud présente son livre, où il revisite l'ouvrage d'Abert Camus, L'Etranger, en se mettant dans la peau du frère de l'Arabe, tué par Meursault dans le roman. Islamiste dans sa jeunesse, Kamel Daoud entretient désormais un rapport "distant" avec la religion. Pour lui, le monde arabe doit mettre "de la distance" avec la question religieuse, "pour avancer"

"Je n'ai pas dit que j'allais le tuer"

Alors que son post et sa page Facebook sont désormais indisponibles, Abdelfatah Hamadache, décrit comme un "petit prédicateur de quartier" qui s'est fait connaître sur les réseaux sociaux, a nuancé mais confirmé ses propos. "C’est qu’il (Kamel Daoud) est impardonnable en disant « quand je lis leur livre » en s’excluant. J’assume ma responsabilité . Mais je n’ai pas dit que j’allais le tuer et je n’ai pas appelé les musulmans à le faire. On demande au pouvoir algérien d’appliquer « al Had » (la condamnation à mort) et c’est une chose dont nous sommes fiers !" a-t-il rapporté au site TSA-Algérie.

En Algérie, un des principaux partis algériens, Le Rassemblement pour la culture et la démocratie, qui se présente comme une organisation laïque, a exprimé "son entière solidarité" à Kamel Daoud, également soutenu par plusieurs pétitions en ligne. En revanche, les dirigeants algériens font pour l'instant preuve d'un "silence assourdissant", note Le Figaro.


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

De son côté, Daoud a lui aussi choisi de s'exprimer sur Facebook pour répondre à l'imam salafiste. Il s'étonne notamment que les vrais problèmes de l'Algérie ("rues sales, immeubles hideux, dinar à genoux, Président malade, une dizaine de migrants tués dans un bus sur la route du rapatriement, dépendance au pétrole et au prêche, niveau scolaire misérable") gênent moins que "l'avis de Kamel Daoud".


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Facebook, Twitter, médias dominants

nouveau media

Filoche, Haziza, vrais faux morts de la guerre blanche

chronique publié(e) le 22/11/2017 chez les matinautes

Impossible de ne pas faire le rapprochement. Tous deux étaient installés depuis longtemps dans le paysage. Gérard Filoche au PS, Frédéric Haziza sur ses plateaux de La Chaine Parlementaire. Tous deux ont été sortis du jeu dans la journée d'hier. Filoche, exclu du PS par le bureau national, ...

vignette auditions russie

Ingérence russe dans la campagne US : Facebook, Twitter et Google face aux sénateurs

Enfin des exemples de publications sponsorisées par des comptes russes

observatoire publié(e) le 02/11/2017 par Juliette Gramaglia

Satan et Jésus faisant un bras de fer, Satan déclarant "si je gagne, Clinton gagne". On sait enfin à quoi ressemblent certaines des publications diffusées sur Facebook, Twitter et Google lors de la campagne présidentielle américaine par des comptes russes. Les trois géants américains ...

nouveau media

Faux comptes : le Canard Enchainé à l'assaut de Facebook

lu publié(e) le 02/11/2017 par la rédaction

Le Canard Enchaîné contre Facebook. Dans un article de son édition du 1er novembre, le Palmipède raconte le combat qu'il mène depuis huit mois pour faire retirer de Facebook de faux comptes créés au nom du journal, se faisant passer pour des comptes officiels. Des "contrefaçons" qui posent ...

Tous les contenus de ce dossier >