Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Téléchargement : Google fait le ménage (à sa manière)

Par le - 11h21 - lu

Google a décidé de faire le ménage dans les liens de téléchargements qui contreviennent aux règles sur le copyright. C'est le site Actualitte.com qui le met en lumière aujourd'hui. Selon nos confrères, 100 millions de liens ont ainsi été supprimés du moteur de recherche depuis le début 2013. Mais pas n'importe lesquels.

Haro sur les pirates ! C'est un peu ce que semble dire et surtout faire Google selon le site actualitte.com. Selon nos confrères qui reprennent le site Torrent Freak, Google a mis les bouchées doubles dans la suppression de liens jugés en infraction avec les lois sur le copyright. Ainsi, en 2012, sur l'ensemble de l'année, Google avait retiré 50 millions de liens de téléchargement et depuis le début 2013, la firme américaine en a déjà supprimé quelques 100 millions.

Pour arriver à ce décompte, Torrent Freak s'est appuyé sur les rapports de transparence édités par Google. Selon ces rapports, plus de 100 millions de liens ont été bannis du moteur de recherche depuis début janvier. Sans surprise, sont surtout concernés les sites d'hébergement de fichiers comme Rapidgator, FilesTubes et aussi Torrent.

actualitte

L'autre information intéressante de l'article d'Actualitte.com qui reprend Torrent Freak, c'est l'origine des demandes de suppressions de liens. Elles émanent pour une très grande part de la Recording Industry Association of America qui représente les majors du disque. Cette association a ainsi déposé 26 millions de demandes de suppression de liens.

Interrogée par Torrent Freak, Google a expliqué "faire de son mieux pour éviter les erreurs ou les signalements abusifs afin de ne pas interdire l'accès à un contenu qui n'est pas en infraction avec le copyright". De plus, Google assure qu'il met tout en oeuvre pour ménager "l'intérêt des droits d'auteurs et celui des internautes utilisateurs". Toutefois, actualitte.com a découvert quelques incohérences. Ainsi, par exemple, Google a supprimé de ses "suggestions de recherche (affichées dans la barre lorsque les premières lettres d'un mot sont tapées) le site de musique en streaming Grooveshark." Or, Grooveshark, site de musique en streaming prisé des labels musicaux indépendants, a une politique de publicités non-intrusives à la différence des deux mastodontes Deezer et Spotify. Actualitte s'interroge sur la politique de Google qui a supprimé Grooveshark et conservé Deezer et Spotify.

yorkestreming Cette interrogation met en lumière le nouvel enjeu de l'industrie musicale : la bataille du streaming. Ces dernières semaines, Thom Yorke, chanteur de Radiohead, et Nigel Godrich, le producteur du groupe, ont décidé de supprimer les chansons de leurs projets solo de Spotify. Raison : le manque de rémunération des artistes par les géants du streaming et surtout des jeunes artistes. Sur Twitter, Yorke avait ainsi déclaré : "Ne vous leurrez pas, les nouveaux artistes que vous découvrez sur Spotify ne seront pas payés. Pendant ce temps, les actionnaires vont bientôt se rouler dans l'oseille." Pas de doute : la bataille du streaming est lancée.

Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Google, pieuvre ou idole ?

Google Docs Bale

Un bug rappelle que Google espionne les Google Docs

observatoire publié(e) le 01/11/2017 par Juliette Gramaglia

Un simple bug qui inquiète. Plusieurs journalistes américains et français ont constaté mardi 31 octobre qu'ils n'avaient plus accès à leurs documents partagés sur Google Docs. Un bug, selon l'entreprise américaine, dû à une modification du code. Une erreur qui a surtout permis de remettre ...

nouveau media

Google et le dissident Barry Lynn

chronique publié(e) le 31/08/2017 chez les matinautes

Bary Lynn est un journaliste américain, spécialisé dans l'économie, et plus particulièrement dans l'étude des monopoles économiques, et de l'impact (négatif) de ces monopoles sur l'économie. Il est à l'origine d'un groupe d'une dizaine de chercheurs baptisé "Open market", qui s'est donné...

nouveau media

Google Maps ne veut pas froisser l'Inde ou la Chine (Le dessous des cartes)

lu publié(e) le 26/12/2016 par la rédaction

Opportuniste, Google ? Dans une interview à Libération, le créateur de l'émission d'Arte, Le dessous des cartes, Jean-Christophe Victor, affirme que Google Maps ment et s'adapte à la vision géographique de chaque pays, pour ne pas froisser la Chine ou l'Inde. Liberation, 26/12/2016 Le ...

Tous les contenus de ce dossier >