Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Google, la bonne nouvelle

Par le - 09h15 - le neuf-quinze

Noël avant l'heure ! La presse belge francophone a-t-elle vraiment réussi à faire payer Google ? Les partisans, en France, d'une "loi Google" l'avaient claironné, un peu trop tôt. À en croire Le Monde, il semble qu'un accord ait néanmoins été signé : "Google indemnise la presse belge", titre le journal (article payant). Alleluia ? Non. Il faut lire l'article jusqu'au bout. Cet accord d'indemnisation ne porte que sur les années précédentes, et selon Le Monde, "il semble qu'il ne règle pas la question des droits pour les années qui viennent". Autrement dit, rien n'est réglé. Autrement dit (bis), l'auteur de l'article, Xavier Ternisien, spécialiste médias du journal, n'a pas tenu entre les mains ledit accord. "On" lui en aura lu quelques extraits, arrangeant la personne qui les lui aura lus. Ainsi va le journalisme, quand les médias sont, comme dans ce dossier, juge et partie.

Dans ce brouillard de "il semble que", une chose semble sûre, et d'autant plus sûre qu'elle est hautement vraisemblable : Google souhaitait que l'accord conclu avec les journaux belges reste secret. Damned. Raté.

Il y a quelque chose de vertigineux, à voir Google, premier outil mondial de recherche d'informations, s'acharner à préserver un secret commercial. Au coeur de l'utopie d'Internet, arrêtez-moi si je me trompe, il y a (il y avait ?) l'accessibilité. Toute information (comme tout bien culturel) doit être le plus rapidement, le plus facilement possible, accessible à un maximum d'internautes. Sus à l'amnésie, à l'opacité, aux censures. Faites tomber tous les murs. Mais voici une clause en petits caractères : cette règle ne s'applique pas quand sont eux-mêmes concernés les géants de l'Internet. Vertigineux et réconfortant : ainsi c'est Google, le moteur, qui colporte aux foules ébahies la bonne nouvelle que Google, l'entreprise, aimerait tant garder secrète. Avec quelques jours d'avance, c'est la bonne nouvelle. Tiens, ne serait-ce pas un excellent sujet pour Pontifex ?

Google Noël


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Google, pieuvre ou idole ?

Google Docs Bale

Un bug rappelle que Google espionne les Google Docs

observatoire publié(e) le 01/11/2017 par Juliette Gramaglia

Un simple bug qui inquiète. Plusieurs journalistes américains et français ont constaté mardi 31 octobre qu'ils n'avaient plus accès à leurs documents partagés sur Google Docs. Un bug, selon l'entreprise américaine, dû à une modification du code. Une erreur qui a surtout permis de remettre ...

nouveau media

Google et le dissident Barry Lynn

chronique publié(e) le 31/08/2017 chez les matinautes

Bary Lynn est un journaliste américain, spécialisé dans l'économie, et plus particulièrement dans l'étude des monopoles économiques, et de l'impact (négatif) de ces monopoles sur l'économie. Il est à l'origine d'un groupe d'une dizaine de chercheurs baptisé "Open market", qui s'est donné...

nouveau media

Google Maps ne veut pas froisser l'Inde ou la Chine (Le dessous des cartes)

lu publié(e) le 26/12/2016 par la rédaction

Opportuniste, Google ? Dans une interview à Libération, le créateur de l'émission d'Arte, Le dessous des cartes, Jean-Christophe Victor, affirme que Google Maps ment et s'adapte à la vision géographique de chaque pays, pour ne pas froisser la Chine ou l'Inde. Liberation, 26/12/2016 Le ...

Tous les contenus de ce dossier >