"Yes, la meuf est dead" : la conseillère com' de l'Elysée critiquée
article

"Yes, la meuf est dead" : la conseillère com' de l'Elysée critiquée

Juste indignation ou racisme ? Débat dans la presse après le SMS de Sibeth NDiaye

Réservé à nos abonné.e.s
Est-il préférable d'être un homme blanc lorsqu'on dérape? Le portrait du Canard Enchainé de mercredi 2 août était consacré à la directrice de la communication de l'Elysée, Sibeth Ndiaye. Entre indiscrétions de ses collègues et propos rapportés, la journaliste Anne-Sophie Mercier y affirme que Ndiaye, sollicitée par un journaliste pour confirmer le décès de Simone Veil, aurait répondu, par SMS : "Yes, la meuf est dead." Bien que l'intéressée ait démenti, ses détracteurs sont allés jusqu'à demander sa démission. Du côté de ses soutiens, on voit dans la cabale contre la conseillère en communication le produit d'un "sexisme" et d'un "racisme" latent.

"Yes, la meuf est dead". La "meuf", ce serait Simone Veil, décédée le 30 juin 2017. Et l'auteure de ce SMS, destiné à un journaliste demandant confirmation de son décès, ce serait Sibeth Ndiaye, directrice de la communication de l'Elysée. C'est du moins ce qu'affirme la journaliste du Canard Enchainé,Anne-Sophie Mercier, dans le portrait de cette semaine consacré à la communicante. On y apprend, entre des détails biographiques, que les manières cavalières de Ndiaye avec la presse, et ses déclarations à l'emporte-pièce, auraient agacé au sein de l'exécutif. "Riant sous cape", ses détracteurs dans l'entou...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.