Wikileaks : qui sont ces "sources humaines" qu'Assange aurait mises en danger ?
article

Wikileaks : qui sont ces "sources humaines" qu'Assange aurait mises en danger ?

Réservé à nos abonné.e.s
18 chefs d'accusation, chacune pouvant lui coûter jusqu'à dix ans de prison... La charge portée par la justice américaine contre Julian Assange, fondateur de Wikileaks, est lourde. Parmi les chefs d'inculpation : celui d'avoir révélé, dans l'immense fuite de documents militaires et diplomatiques en 2010 et 2011, le nom de "sources humaines", les mettant consciemment en danger. Mais de quoi parle-t-on exactement ?

Dans un grand mouvement quasi-consensuel, la presse américaine et française s'est inquiétée, ce 24 mai, des accusations avancées à l'encontre de Julian Assange. Le fondateur de Wikileaks, arrêté par la police britannique le 11 avril dernier après avoir passé sept ans réfugié dans l'ambassade d'Equateur à Londres (et toujours détenu au Royaume-Uni), s'est vu notifier jeudi 23 mai pas moins de 18 chefs d'accusations par la justice américaine, qui pourraient lui valoir jusqu'à 175 ans de prison. Assange, que la justice américaine a choisi de ne pas reconnaître comme journaliste, est poursuivi sous les termes de la loi contre l'espionnage ("Espionage Act"), un texte habituellement utilisé contre les lanceurs d'alerte, mais qui n'avait pas encor...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.