Vu chez Hanouna : France Police, ses checkpoints, et ses 3%
article

Vu chez Hanouna : France Police, ses checkpoints, et ses 3%

Réservé à nos abonné.e.s
On les a vus chez Hanouna et chez Bercoff. Ils veulent installer des "checkpoints", à l'israélienne, dans les banlieues. Derrière le syndicat France Police se cachent deux figures médiatiques : le policier Bruno Attal, et le secrétaire général et ex-frontiste Michel Thooris, qui tient une chronique régulière sur Boulevard Voltaire. Mais quelle représentativité pour le syndicat France Police ?

Des check-points dans les banlieues ? Après la tribune des généraux appelant de leurs voeux la guerre civile (publiée dans le magazine d'extrême-droite, Valeurs Actuelles), un syndicat de policiers signe une lettre ouverte demandant au président de créer un régime d'apartheid dans "les territoires perdus de la République"

Ces policiers (très) en colère proposent, pêle-mêle, de "procéder au bouclage des 600 territoires perdus de la République, y compris avec le renfort de l'Armée, en contrôlant et en limitant les entrées et sorties de ces zones par des checkpoi...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Affaire Zecler : un syndicat policier tente le contre-feu

Sur YouTube, une vidéo veut "débunker" les révélations de Loopsider

"Dernière sommation pour les journalistes!"

Manif mouvementée et sprint final à l'Assemblée pour la loi Sécurité globale

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.