Variole du singe : la presse généraliste trop prudente ?
article

Variole du singe : la presse généraliste trop prudente ?

Les médias communautaires appellent à diriger les messages de prévention vers la communauté LGBTQIA+

Réservé à nos abonné.e.s
La couverture de la variole du singe par la presse généraliste est-elle discriminante envers les personnes LGBTQIA+ ? Non, nous ont répondu les journalistes et rédacteurs en chef de la presse communautaire, qui contribue activement à la prévention contre la maladie. "Il est nécessaire d'informer les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes des risques qu'ils encourent". Analyse avec Gilles Pialoux de "vih.org", Thomas Vampouille de "Têtu" et Fred Lebreton de "Seronet".

"Variole du singe : l'épidémie risque-t-elle de s'étendre à la population générale ?", titrait Franceinfole 31 juillet 2022. Un titre jugé homophobe par de nombreux internautes. "Pour Franceinfo, les personnes LGBT ne font pas partie de la population générale", pouvait-on lire, entre autres, sur Twitter. Dans la foulée, la rédaction de la chaîne présente ses excuses pour sa "formulation maladroite" et remplace l'expression "population générale" par "ensemble de la population"

Pourtant, selon Fred Lebreton, journaliste à Seronet et membre de l'Association des journalistes lesbiennes, gays, bi, trans et intersexes (AJL), la colère des inter...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Variole du singe : attention au stigmate

Des photos de malades africains... pour illustrer l'épidémie en Europe ou aux États-Unis

Féminicide, chronologie d'une incompréhension médiatique

"Toutes les rédactions se sont fourvoyées sur l’emploi du terme féminicide"

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.