Thibout/Bettencourt : mise en examen sur des détails ? (Le Monde)
Brève

Thibout/Bettencourt : mise en examen sur des détails ? (Le Monde)

Une témoin crédible pour les juges bordelais mais pas pour un juge parisien ?

Une semaine après la révélation par Atlantico de la mise en examen pour faux témoignage de l'ex-comptable de Liliane Bettencourt, Claire Thibout (@si le signalait ici), Le Monde a eu accès au PV d'interrogatoire. Le quotidien revient donc sur les raisons précises de la mise en examen par le juge parisien Roger Le Loire d'une des principaux témoins de l'affaire Bettencourt. Et là où Atlantico voyait un coup porté à tout le dossier, Le Monde s'étonne au contraire qu'on reproche à Thibout des faits pourtant déjà connus des  juges bordelais, qui instruisent depuis trois ans les différents volets de l'affaire.

"Les principales malversations dont MmeThibout a été témoin, dont le financement politique illicite, ont été confortées par les nombreux éléments matériels réunis au cours de trois ans d’enquête très poussée", notent ainsi les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme (bien connus des @sinautes). Ils soulignent que les juges bordelais n'avaient d'ailleurs pas donné suite aux poursuites de François-Marie Banier et Patrice de Maistre contre Thibout, et qu'ils avaient donc du se tourner vers une juridiction parisienne.

Mais qu'est-ce que reproche précisément cette dernière à Thibout ? A en croire le procès verbal de son interrogatoire, "le magistrat parisien relève des invraisemblances, sur des points de détail, dans le témoignage de l’ex-comptable". Sur la remise de 150 000 euros à Eric Woerth, alors trésorier de l'UMP, le juge reproche par exemple à Thibout d'avoir avancé la date de mars alors que l'enquête conclut que les faits auraient eu lieu en janvier. Idem pour un décalage d'un an entre la version de Thibout et les faits concernant une augmentation de salaire dont elle aurait bénéficié... en 2006. Des imprécisions qui peuvent aisément être imputées à la date des faits, survenus plusieurs années avant le récit qu'en fait Thibout, souligne le quotidien. Surtout, ce dernier rappelle que là ou le juge parisien note des "contradictions" dans la version de l'ex-comptable, le juge Gentil estimait pour sa part que la version de Thibout avaient été corroborées par l'enquête et qu'elle était de ce fait un "témoin crédible".

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.