Swissleaks : Bergé critique (encore) Le Monde
Brève

Swissleaks : Bergé critique (encore) Le Monde

Après les réserves de Pigasse, Pierre Bergé a lui ouvertement critiqué le traitement médiatique du Monde sur l'affaire SwissLeaks.

Invité de RTL, l'autre actionnaire n'a pas mâché ses mots : tout en reconnaissant qu'il fallait lutter contre l'évasion fiscale, Bergé a déclaré qu'il était "mal à l'aise". "Est-ce que c'est le rôle d'un journal, et surtout d'un journal comme Le Monde, de jeter en pâture des noms, des gens ? Pourquoi Gad Elmaleh ? Qu'est-ce que ça veut dire ça ?", s'est-il interrogé.

Avant de qualifier la démarche de "populiste" : "Pour moi, c'est du populisme, c'est flatter les pires instincts qui soient [...] et ce n'est pas ça que devrait être journal, en tout cas un journal comme Le Monde. Et ce n'est pas pour ça que je suis venu au secours du Monde et ce n'est pas pour ça que j'ai permis aux journalistes du Monde d'acquérir leur indépendance. Ce n'est pas pour ça. Ce sont des méthodes que je réprouve totalement et qui n'ont aucune justification". Et Bergé de se risquer à une comparaison avec la seconde guerre mondiale : "Je ne veux pas comparer évidemment ce qui se passe à des époques passées... mais quand même, la délation, c'est la délation. Jeter en pâture des noms, c'est jeter en pâture des noms. Et tout ça me semble gratuit surtout..."

Bergé

Interrogé par l'AFP, le directeur du Monde, Gilles Van Kote a défendu le choix éditorial de donner les noms : "On peut toujours avoir des discussions. Le débat sur le fait de donner le nom d'untel et pas d'untel est ouvert, il existe au sein de la rédaction. Mais ce sont des décisions qui sont d'ordre éditorial et qui sont donc du ressort de la direction du journal".

Ce n'est pas la première fois que Bergé critique Le Monde (alors qu'il avait déclaré en 2011 qu'il n'avait "ni le pouvoir, ni l'envie de peser sur la rédaction"). Mais les critiques conjointes des deux principaux actionnaires, Pigasse et Bergé, sont inédites. On attend maintenant la rédaction du dernier membre du trio BNP : Xavier Niel.

L'occasion de lire notre article : SwissLeaks : Pigasse met en garde son journal contre le "maccarthysme fiscal"

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.