Snapchat : des "sextos" au média de masse ?
Brève

Snapchat : des "sextos" au média de masse ?

Quand Buzzfeed se met à nu, on trouve Snapchat.

Des statistiques de Buzzfeed, révélées hier par son patron, Jonah Peretti, contiennent une information étonnante : Snapchat Discover représente désormais 21% de l'audience totale de Buzzfeed version américaine. Snapchat quoi ? Il s’agit en fait du volet "information" de l’application Snapchat. Cette dernière, très prisée des adolescents et jeunes adultes, permet d'envoyer à ses proches des vidéos et photos qui "s’auto-détruisent" au bout de quelques secondes. Son utilisation la plus connue : l'envoi de "sextos" (l'envoi de messages, photos ou vidéos de soi à caractère sexuel).

Mais depuis janvier 2015, une nouvelle fonctionnalité, "Discover", permet à des médias partenaires de Snapchat (comme Vice, CNN, Buzzfeed, National Geographic, Daily Mail ou MTV) de proposer des contenus directement dans l’application (sans qu'ils disparaissent au bout de dix secondes). En moins d'un an, cette simple application d'envoi de photos est donc devenue la principale source d'audience pour Buzzfeed, juste derrière Facebook.

Captures d'écran de Buzzfeed sur Snapchat Discover (disponible uniquement en anglais). A gauche, l'écran de sélection des médias. A droite, deux contenus de Buzzfeed ("Des gens qui essaient la nourriture des Caraïbes pour la première fois" et "Un père fait un livre avec tous les trucs ridicules qu'il a dit à ses enfants")

Autre enseignement de ces statistiques : Buzzfeed n’est plus un site. Le site web est en effet devenu une activité minoritaire pour la branche américaine de l'entreprise : malgré ses 180 millions de visiteurs uniques par mois, il ne représente plus que 31% de son audience totale. Le reste ? 31% de l'audience provient de vidéos et d'images de Buzzfeed vues sur Facebook, 14% de vidéos sur Youtube, et 21% de vues sur Snapchat, a détaillé Peretti. Cette façon de présenter l'audience globale est nouvelle, même pour un pure player : ces chiffres ne représentent pas des visites du site en provenance de Facebook ou Snapchat, mais l'audience directement sur ces plateformes.

Dans cette présentation des statistiques, "Buzzfeed ne considère plus son site web et son appli comme ses seuls bastions d’audience. Ses contenus disséminés sur Youtube, Facebook ou Snapchat comptent tout autant, ce qui est un renversement copernicien dans la manière d’envisager un média web, analyse le journaliste Vincent Glad sur son blog. Buzzfeed, c’est [donc] maintenant un diffuseur de vidéos sur Facebook, un bouquet de chaînes YouTube et un producteur de stories sur Snapchat Discover", tout autant qu’un site d’actu.

Mais pourquoi Peretti compte-t-il comme "son" audience des contenus diffusés sur d’autres plateformes ? Parce qu'il touche des revenus publicitaires sur ces videos. Et pas des moindres : d’après Re/code, les publicités sur Snapchat sont par exemple facturées 20 dollars (18 euros) pour 1000 vues. Même si le média doit la partager avec Snapchat (dont la part est d'environ 30%), cette somme représente quatre à cinq fois plus que ce que peut toucher un site web classique sur ses propres vidéos.

L'occasion de lire notre observatoire sur les vidéos Facebook : L'homme riche, le mouton et le voyageur Des Youtubeurs partent en guerre contre Facebook

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.