Simon Leys, "maoclaste" encensé aujourd'hui, ignoré hier
article

Simon Leys, "maoclaste" encensé aujourd'hui, ignoré hier

Comment son travail fut passé sous silence, quand les intellos étaient maos

Réservé à nos abonné.e.s
Disparition d'un agent des services secrets ? L'écrivain belge Simon Leys (de son vrai nom Pierre Ryckmans) est mort à 78 ans. C'est l'un des premiers à avoir dénoncé la révolution culturelle de Mao, dans un livre publié en 1971 et intitulé Les Habits neufs du président Mao. A l'époque où le maoïsme séduisait les intellectuels français, Le Monde avait présenté ce livre comme le fruit d'un travail "à la mode américaine". Leys aimait à répéter que le journal l'avait présenté comme un agent de la CIA. Ce n'est que bien plus tard que le travail de ce sinologue fut reconnu en France.

L'hommage rendu à l'annonce de sa mort contraste avec l'accueil critique de son livre en 1971. L'écrivain sinologue belge, Pierre Ryckmans, est décédé à Canberra à l'âge de 78 ans. Celui qui écrivait sous le pseudonyme Simon Leys, (en référence au roman de Victor Segalen, René Leys, qui se déroule dans la Chine impériale) vivait depuis les années 1970 en Australie avec sa femme chinoise et ses enfants.

Simon Leys ? C'est avant tout un auteur qui s'est fait remarquer pour son livre Les Habits neufs du président Mao, publié en 1971 et dans lequel il dénonce les dérives de la Révolution culturelle de Ma...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.