Sexisme aux Echos : "constat juste" (Morel, PDG)
Brève

Sexisme aux Echos : "constat juste" (Morel, PDG)

Dans les

Echos aujourd'hui, vous ne verrez aucune signature féminine. Ni sur le papier ni sur le web. C'est un type de grève inédit qui vise à protester contre "leur non représentation au sein de la hierarchie du quotidien". "Chaque jour, aux Echos, nous sommes aussi nombreuses que les hommes à faire ce journal. Mais il n'y a de femme ni à la rédaction en chef ni à la direction de la rédaction du quotidien", indiquent les journalistes des Echos dans leur communiqué relayé par Le Monde. Joint par @si, Francis Morel, le PDG du quotidien, dit prendre ce mouvement "très au sérieux". Mieux, il nous assure que "le constat fait par les femmes des Echos est objectivement juste". Et comme il prend les choses au sérieux, Morel confie qu'il recevra les représentantes du mouvement lundi, en compagnie de Nicolas Barré, directeur des rédactions. Il promet des "mesures concrètes" qu'il souhaite réserver aux intéressées. Toutefois, il affirme d'ores et déjà qu'il y aura une accélération du plan de rattrapage des disparités salariales entre hommes et femmes mis en place il y a deux ans.

Cette protestation est née il y a quelques semaines suite à des changements dans l'organigramme du journal. En effet, mi-avril, Nicolas Barré a remplacé Henri Gibier à la direction des rédactions. Barré a nommé deux directeurs délégués : François Vidal et Dominique Seux. Ces deux hommes étaient auparavant rédacteurs en chef et ont été remplacés par des...hommes. "Tout cela alors que des femmes étaient tout à fait légitimes pour devenir directrices ou rédactrices en chef", confie une journaliste à @si. Cet évènement a été "le déclencheur" mais, ajoute-t-elle, "c'est quelque chose qui couvait depuis longtemps." Sur 12 rédacteurs en chef, il n'y a que des hommes actuellement, dans l'organnigramme du journal.

Selon nos confrères (et consoeurs) des Nouvelles News, certaines journalistes se seraient plaint de ne pas avoir été sollicitées pour remplacer Dominique Seux, rédacteur en chef France, devenu directeur délégué. La direction aurait rétorqué que toutes les femmes envisagées avaient décliné l'offre. Selon les Nouvelles News qui citent des sources internes, aucune n'a été réellement approchée.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Dans "StreetPress", elle raconte la migration de son père

Un temps où l'État ne faisait pas tout pour entraver la venue d'étudiant·es de l'étranger

Simon Collin accusé de viol : la plainte qui secoue "Playboy"

Une plainte pour viol contre Collin, rédacteur en chef adjoint jusque début avril, révèle la "guerre interne" qui fait rage à "Playboy"

Voir aussi

Ne pas manquer

DÉCOUVRIR NOS FORMULES D'ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT

(Conditions générales d'utilisation et de vente)
Pourquoi s'abonner ?
  • Accès illimité à tous nos articles, chroniques et émissions
  • Téléchargement des émissions en MP3 ou MP4
  • Partage d'un contenu à ses proches gratuitement chaque semaine
  • Vote pour choisir les contenus en accès gratuit chaque jeudi
  • Sans engagement
Devenir
Asinaute

5 € / mois
ou 50 € / an

Je m'abonne
Asinaute
Généreux

10 € / mois
ou 100 € / an

Je m'abonne
Asinaute
en galère

2 € / mois
ou 22 € / an

Je m'abonne
Abonnement
« cadeau »


50 € / an

J'offre ASI

Professionnels et collectivités, retrouvez vos offres dédiées ici

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.