Quatre ans ferme pour apologie du terrorisme, vraiment ?
article

Quatre ans ferme pour apologie du terrorisme, vraiment ?

La (légère) exagération des titres de sites de presse

Réservé à nos abonné.e.s
Votée malgré les critiques en novembre 2014, la nouvelle loi anti-terroisme est-elle vraiment plus efficace ? Après les attentats de la semaine dernière, plusieurs personnes ayant fait l'apologie du terrorisme ont bien été condamnées. À des peines parfois très lourdes, allant jusqu'à quatre ans de prison ferme, relayées par la plupart des sites de presse qui titrent sur ces "condamnations pour apologie du terrorisme". Quand on y regarde de plus près, il semblerait pourtant que ce ne soit pas le seul motif retenu contre la plupart de ces individus.
nouveau media

Janvier 2015 : première application de la loi du 14 novembre 2014 sur la lutte contre le terrorisme. Une loi antiterroriste, très critiquée sur le blocage administratif des sites internet, qui servait notamment à faciliter les condamnations pour apologie du terrorisme, en ligne ou non. Alors qu'avant, ces délits relevaient uniquement de la loi sur la liberté de la presse de 1881, très restreinte, la loi de 2014 les intégrait au code pénal. Par ailleurs, les sanctions étaient revues à la hausse, uniquement pour les faits commis sur Internet : ils passaient de cinq à sept ans d'emprisonnement maximum et de 45 000 à 100 000 euros d'amende.

QUATRE ans fe...

Il vous reste 86% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

La revue Dâr Al-Islâm, ou l'auto-promo façon Etat islamique

En hausse : Coulibaly. En baisse : les Kouachi

Entre légionnaires et policiers, la tumultueuse protection privée de Charlie Hebdo

Charlie déplore de payer pour sa sécurité. Mais qui sont ses anges gardiens ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.