"Psychiatrie lourde" : Peillon se dit piégé, BFM-TV dément
enquête

"Psychiatrie lourde" : Peillon se dit piégé, BFM-TV dément

Réservé à nos abonné.e.s
Peillon, Royal et la "psychiatrie lourde" : tandis que les noms d'oiseaux entre les deux anciens camarades socialistes alimentent la polémique depuis une semaine, Vincent Peillon estime avoir été piégé par BFM-TV le soir où il a lâché ces deux mots fatidiques.

La phrase a fait le tour des télévisions et des radios la semaine dernière : Vincent Peillon, en pleine guerre contre Ségolène Royal, a déclaré que c'était "de la psychiatrie lourde".

Les propos avaient été diffusés mardi 17 novembre par BFM-TV picto

"Elle a nommé trois préfets et reculé sur le vote des militants. Non mais je vous jure on est en psychiatrie lourde, là. Je réunis ce soir d'ailleurs les dirigeants du courant tout à l'heure. Pour prendre la décision par rapport... Enfin on est élus, nous, on n'est pas des clowns !", commence-t-il.

"Qu'est-ce que ça signifie cette déclaration ?", rel...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Centenaire : du Jaurès à toutes les sauces

Spiritiste, conférencier rémunéré, et...écartelé entre les deux gauches

Renault : Royal cale dans sa com'

Comment l'action du constructeur a chuté après la publication d'un tract CGT

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.