Précaires partout, pigistes nulle part ?
article

Précaires partout, pigistes nulle part ?

Réservé à nos abonné.e.s
Depuis le début de la crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus, la presse nationale s'est largement emparée de la question des précaires, premières victimes de l'interruption de l'activité économique. Mais les journalistes-pigistes semblent singulièrement oubliés.

Le Covid-19 a-t-il placé les personnes précaires sur le devant de la scène médiatique ? Une chose est sûre : ces dernières semaines, les journaux ont évoqué en long et en large les situations particulières des plus fragiles de notre société, dramatiquement frappés par la pandémie de coronavirus qui a étouffé la France à partir du mois de mars. 

"Alors que des pans entiers de l'activité économique se retrouvent à l'arrêt, indépendants et travailleurs en contrat à durée déterminée se retrouvent sur un siège éjectable", observe par exempleLe Monde, le 26 mars, qui souligne au passage qu'en temps de crise, "les entreprises sacrifient d'abord leurs collaborateurs non-permanents". Même son de cloche aux Échos. Le 7 avril, le quotidien r...

Il vous reste 86% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.