Pétition anti-Brexit  : le Parlement britannique à l'épreuve des faussaires et des plaisantins
enquête

Pétition anti-Brexit  : le Parlement britannique à l'épreuve des faussaires et des plaisantins

Comment @si a rajouté 500 signatures originaires du Tonga

Réservé à nos abonné.e.s
Ils veulent donner une deuxième chance au "Remain". Mais "ils" sont peut-être surtout des plaisantins et des robots. Au Royaume-Uni, une pétition demandant la tenue d'un nouveau référendum sur la sortie de l'Union européenne a recueilli près de quatre millions de votes. Les médias l'ont largement relayée. Sans précautions ? Une partie des signatures est sujette à caution, faute de dispositif de sécurité suffisant. 77 000 d'entre elles ont d'ores et déjà été annulées par un comité de contrôle parlementaire.

C'est une phrase, une courte phrase, qui a été signée près de quatre millions de fois. "Nous appelons le gouvernement de Sa Majesté à mettre en place la règle suivante : si le vote « remain » ou « leave » obtient moins de 60% des voix, et que la participation est inférieure à 75%, un autre référendum doit se tenir".

Si elle était appliquée, la proposition conduirait de fait à un nouveau scrutin : le 23 juin, le "Brexit" l'a emporté en recueillant 51.9% des voix, avec une participation de 72.2%. Un nouveau scrutin, donnant un résultat inverse ? De nombreux Britanniques anti-Brexit se sont rués sur la...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.