Le "Guardian", monarcho-sceptique, mais pas régicide
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Le "Guardian", monarcho-sceptique, mais pas régicide

Réservé à nos abonné.e.s

Il aura fallu cinq jours. C'est après tout un délai de décence...décent. Il aura fallu cinq jours après la mort d'Elizabeth II, mais six jours avant ses funérailles, pour que le Guardian ose ouvrir le débat sur l'avenir de la monarchie britannique. 

L'éditorial du journal, naguère étiqueté comme "républicain" (il avait proposé en 2013 une version de son site expurgée de tout matraquage médiatique relatif à la naissance d'un "royal baby") n'appelle certes pas à la déposition de Charles III et à l'avènement immédiat de la République. L'éditorial, que l'on imagine avoir été pesé et soupesé par tous les filtres possibles et imaginables au sein du journal, se borne à contester des privilèges anachroniques, comme le droit de veto di...

Il vous reste 72% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Derrière le succès d'Avisa, la complaisance des "Échos" (et d'autres)

Ces grands médias qui ne font pas le ménage dans leurs tribunes

Les médias français en font des tonnes sur la "Queen"

Avalanche d'angles locaux sur d'anciennes visites royales et de tribunes sur la monarchie vue de France

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.