Pékin Express en Birmanie : comment les réseaux sociaux ont terrifié les sponsors
enquête

Pékin Express en Birmanie : comment les réseaux sociaux ont terrifié les sponsors

"Il suffit de dix personnes pour faire peur à une marque"

Réservé à nos abonné.e.s
Voilà une mobilisation sur les réseaux sociaux dont M6 se serait bien passé. Depuis le lancement de la nouvelle saison du jeu "d'aventures" Pékin Express, le programme est l'objet d'une pétition, d'un appel au boycott relayé sur Facebook et d'une "tempête de tweets" hebdomadaire pour dénoncer le choix d'une étape, en Birmanie. Un "monde inconnu" avec des ethnies aux "traditions ancestrales" comme nous le présente la chaîne ? Pas seulement : c'est aussi un pays accusé par les ONG de mener une "campagne de nettoyage ethnique" contre la minorité musulmane des Rohingya. Résultat : des marques comme H&M, présentées comme "partenaires" de l'émission, ne veulent plus y être associées. @si a tenté de remonter aux sources de cette mobilisation.




"Jamais Pékin Express ne vous aura emmené aussi loin". Pour la 10e édition de ce jeu "d'aventures" où les candidats traversent plusieurs pays en stop tout en s'arrêtant la nuit chez l'habitant, M6 avait mis la barre très haut. Dans une bande annonce, la chaîne invitait les télespectateurs à découvrir "des mondes inconnus", "à vivre une course dans des contrées lointaines, à fouler des sols que très peu de touristes ont visité". Et parmi ces pays, la Birmanie. Bouclez vos valises, vous allez voyager :



La Birmanie ? C'est en effet un pays que "très peu de touristes ont visité". Et pour cause : jusqu'en 2011, il était di...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.