Panthéon : Malraux 1, Hollande 0
Brève

Panthéon : Malraux 1, Hollande 0

Drôle d'idée, la panthéonisation par fournée de quatre.

Certes, un excellent entrainement pour la mémoire des citoyens : mémoriser quatre destins exemplaires au lieu d'un, bien distinguer pour s'en imprégner les éléments édifiants dans chacune de quatre biographies de saints laïcs, surtout ne pas confondre Pierre et Jean, Geneviève et Germaine. Mais tout de même, cet étrange besoin de "faire masse", comme si on avait craint qu'un (e) seul (e) ne suffise pas...

L'initiative de François Hollande part d'un sentiment irréprochable. Offrir en exemple "le meilleur de la France", promouvoir des héros du roman national. A quel pessimisme, à quel déclinisme, à quels bougonnements, à quelles attaques, à quelle haine de soi, s'oppose cette initiative, pas besoin d'un dessin pour le comprendre. Mais, à écouter le discours de Hollande, que retransmettaient en direct toutes les chaînes d'info du pays, à écouter ces comparaisons édifiantes s'enchainer laborieusement, à s'efforcer de ne pas remarquer les dosages si évidents, comme des coutures trop apparentes, à lire tout de même les pénibles arrière-pensées politiciennes, à voir par exemple, à quelques paragraphes de distance, les noyés de Mediterrannée tendre fraternellement la main aux programmes interdisciplinaires au collège, à attendre en vain le souffle, la péroraison, le fameux "entre ici" de Malraux accueillant Jean Moulin, ou son équivalent, on ne pouvait s'empêcher de souffrir rétrospectivement avec les plumes présidentielles, ces damnés de l'anaphore qui auront cherché en vain, jusqu'au bout, le pitch salvateur.

Pas facile, c'est vrai, de s'essayer au "entre ici", quand tout le discours visible de l'Etat, depuis tant d'années, de président en président, se décline plutôt autour d'un "sors d'ici". Ou plutôt de deux, rigoureusement incompatibles. Sortez d'ici, scepticisme, déclinisme, populisme, miasmes nauséabonds. Mais aussi, sors d'ici, sors de notre communauté recroquevillée, migrant de Calais, sans-papiers, chômeur en fin de droits, racaille de banlieue, djihadiste radicalisé. Un jour ou l'autre, il faudra choisir entre les deux. Eh oui : les mots sont des petits êtres susceptibles, ils ont leur vie propre, leurs cachettes inexpugnables, ils n'accourent pas au claquement de doigts du Palais. Malraux 1, Hollande 0.

Panthéon quatre
Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.