"Organes d'influence" : Macron critique Russia Today et Sputnik
Brève Vidéo

"Organes d'influence" : Macron critique Russia Today et Sputnik

Déclarer la guerre à Russia Today et Sputnik en présence de l'homme qui les finance ?

C'est ce qu'a fait Emmanuel Macron, cet après-midi en conférence de presse conjointe avec Vladimir Poutine, à l'occasion de sa visite à Versailles.

La question est venue de la journaliste de RT France Ksenia Fedorova. "Comment pensez-vous construire vos relations avec les journalistes étrangers, sachant qu'une journaliste russe n'avait pas eu accès à votre quartier général pendant la campagne ?" La journaliste faisait alors référence aux équipes de RT et Sputnik : comme nous vous le racontions, ceux-ci n'avaient pas été accrédités par l'équipe d'En Marche, malgré leur demandes répétées.

Emmanuel Macron a répondu à la question ainsi : "J’ai toujours eu une relation exemplaire avec les journalistes étrangers encore faut-il qu’ils soient journalistes. (...) Quand des organes de presse répandent des contre-vérité infamantes, ce ne sont plus des journalistes, ce sont des organes d'influence. Russia Today et Sputnik ont été des organes d’influence durant cette campagne qui ont à plusieurs reprises produit des contre-vérités infâmantes sur ma personne, et donc j'ai considéré qu'effectivement ils n'avaient pas de place à mon quartier général. (...) En cela, je ne cèderai rien."

A ses côtés, le président russe n'a pas tiqué. Les liens de RT et Sputnik avec le Kremlin ne sont pourtant plus à prouver. Leur refus d'accréditation par l'équipe d'En Marche avait fait réagir jusqu'à la porte-parole du ministère des affaires étrangères russe, Maria Zakharova, qualifiant de "révoltante" cette décision.

L'occasion de relire notre enquête en trois volets sur les médias russes en France : "Loi travail et immigration, thèmes préférés des médias russes en France", "Sputnik, le site qui se demande si les USA ont causé le crash Germanwings", "Pourquoi les médias russes raffolent de l'extrême-droite française".


(Avec Hélène Assekour)
Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.