Niel et Drahi, patrons mauvais payeurs : les photographes en appellent à l'Etat
enquête

Niel et Drahi, patrons mauvais payeurs : les photographes en appellent à l'Etat

Suspendre les subventions ? "Couper le robinet" ? Comment obliger les journaux à payer dans les délais

Réservé à nos abonné.e.s
Chaque jour ils couvrent l’actualité en images. Qu’il s’agisse de tirer le portrait d’une personnalité politique dans le salon d’un hôtel parisien, de suivre au petit matin l’évacuation d’un camp de réfugiés ou de couvrir un conflit armé à l’autre bout du monde, chaque jour des centaines de photographes fournissent à la presse une bonne partie de ses contenus. En retour, une partie de cette presse met entre 6 mois et parfois plus d'un an à les payer. Face à ces retards de paiement extrêmes, agences et collectifs de photographes ont décidé de dire "stop".

C’est toute une profession, à savoir la quasi-totalité des collectifs de photographes indépendants et des agences de photo en France, qui a décidé de tirer la sonnette d’alarme. Dans une lettre ouverte publiée le 19 décembre, petites et grandes agences de photo, collectifs et syndicats de photographes de presse dénoncent d’une même voix les factures impayées par les grands groupes de presse.

nouveau media

Au total, rien que pour les groupes Le Monde (Xavier Niel, Matthieu Pigasse, Pierre Bergé) et Altice Média (Patrick Drahi) le montant des factures en souffrance s'élève à près d’un demi-million d’euros. "C’...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.