"Monsieur Val est-il présent ?"
reportage

"Monsieur Val est-il présent ?"

Le procès Siné / Askolovitch, devant le Tribunal de Paris

Réservé à nos abonné.e.s
 
Val par Siné (dessin)
96
96 commentaires
Remonter en haut de fil
Commentaires

"Monsieur Val est-il présent ?"

 

Derniers commentaires

17h45 lu
Siné perd contre Askolovitch

Et voila, tout le monde s'est excite, tout le monde a porte plainte contre tout le monde, et en fin de comptes ... personne n'est coupable .. de rien.

Pas sur qu'au final tout cela fasse vraiment avancer la lutte contre le reel antisemitisme.
"Licra contre Siné" d'Elisabeth Levy toujours aussi haineuse et toujours aussi fière d'ouvrir sa grande gueule. La mauvaise conscience. Le déni de la réalité. Bref, cause toujours tu m'intéresses.....
Un peu HS, mais pas tant que ca, car deja discute sur ce forum :

Un communique de Claude Raymond, le femme qui a interpelle Arthur a Vals-les-Bains :

COMMUNIQUÉ: Arthur, le couillon couillonnant

Tout l'article est interessant surtout en ce qui concerne la maniere dont les medias ont relate les faits.

et pour bien mettre l'article en perspective, voici un copy/paste des 3 derniers paragraphes :

" [...]

Je suis juive, petite-fille de déportés morts à Auschwitz, enfant cachée pendant l’Occupation, traitée de « sale youpine » toute mon enfance et victime d’une campagne antisémite dans mon joli village de l’Ardèche il y a vingt ans, j’y ai laissé mon entreprise, une variante de « rumeur d’Orléans ». Je connais les ravages du véritable antisémitisme en France, je doute fort qu’Arthur comprenne de quoi je parle, qui n’a d’ailleurs rien à voir avec la religion dont il se réclame et qui relève de la sphère privée, je suis athée et mes grands-parents venus de Pologne, Icek et Rosa Rosenberg n’étaient pas religieux non plus…

Je suis membre de l’UJFP (Union juive française pour la Paix). Les médias (presse, radios, télés) ne peuvent continuer à dérouler le tapis rouge à tous les Français sionistes sans les confronter aux Français qui ne peuvent plus supporter les massacres impunis commis par Israël, cet État voyou qui a perdu son âme.

Si les médias n’ont pas ce courage, qu’ils ne s’étonnent pas quand nous nous faisons entendre directement, comme, au hasard… à Belfort, Lille ou Vals-les-Bains.

Claude RAYMOND "
enfin mouchés les soi-disant "bien-pensants" !!!
Ce serait bien que Justine fasse le compte rendu du procès que la LICRA a intenté à Siné pour "incitation à la haine raciale". Elle le fait si bien !
La convergence entre Val et Askolovitch, déjà en 2005.
Merci pour ce reportage Justine "comme si nous y étions" et merci pour les précisions dans le forum. Merci aux @sinautes plus férus que moi sur le sujet.

J'attends la suite (un an après ? ou 2 mois après ?).


Monsieur Val dans un premier temps fait beaucoup de bruit pour pas grand chose (le trouillomètre à zéro) après avoir semer le vent se défile lâchement.
J'ai oublié de remercier Justine pour son travail et la justesse de son rapport, et aussi pour venir nous répondre et apporter quelques précisions dont nous pourrions avoir besoin concernant ce procès.
Un peu hors sujet (comme d'habitude) mais hahaha quand même.
Bonjour,

Il y a quelques choses qui m'échappe:

Me Thierry Lévy, deuxième avocat de Siné, interroge le prévenu Askolovitch :
« Saviez-vous que la phrase concernant la possible conversion de Jean Sarkozy au judaïsme a été prononcée par Patrick Gaubert, président de la LICRA ?
- Je l'ignorais
- Siné n'a fait que la recopier.
- A la différence près que Gaubert ne dit pas "Il ira loin, ce petit !"
- Non, car il a moins d'humour que Siné! », rétorque Me Lévy


Askolovitch dit ignorer que la phrase a été pronnoncé par P. Gaubert. Comment peut il préciser que Gaubert n'a pas dit "il ira loin ce petit" alors qu'il vient de dire qu'il ignorait la déclaration de Gaubert ?
Mous, les avocats de Siné ! Très mous…

Cet été, j’avais essayé de reconstituer l’enchaînement des faits à partir des informations ayant filtré ici et là dans différents médias.

Des questions se posaient. Par exemple…

http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=1104
enquête le 26/08/2008
Dans son article « L’ascension d’Askolovitch chez Lagardère : merci Jean Sarkozy ? » Justine Brabant écrivait : « Dans un article récapitulant l’affaire et paru dans le Nouvel Obs, Askolovitch rapporte avec un savant flou artistique la réaction des Sarkozy à la chronique de Siné. »

Je m’étais récrié en considérant qu’il y avait-là pourtant quelques pistes à fouiller.

Notez bien - c’est très important ! - que je ne cite pas ci-dessous la mauvaise transcription d’une émission de radio au cours de laquelle les mots auraient pu dépasser la pensée de l’intervenant. Il s’agit d’un texte de confirmation mûrement réfléchit, rédigé et relu, signé de Claude Askolovitch lui-même dans Le Nouvel Observateur nº 2280, 17 Juillet 2008
http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2280/articles/a379855-.html
Je vous redonne la citation (notons que le terme "antisémitisme" n’apparaît pas ICI) :
« (…) Jean Sarkozy, évidemment, n’a jamais annoncé une quelconque conversion au judaïsme. Sa fiancée est désespérée de devenir un sujet de rumeurs. La famille est excédée. Que faire ? Porter plainte ? La colère de Jean Sarkozy est rapportée à des journalistes. L’affaire éclate sur RTL. (…) ».

Vous ne saisissez pas la subtilité du propos ? Je précise…
« La famille est excédée. Que faire ? Porter plainte ?
[ELLIPSE…]
La colère de Jean Sarkozy est rapportée à des journalistes. »

Vous ne voyez toujours pas ? Alors, je scénarise…
« La famille est excédée. Que faire ? Porter plainte ? »
La foule des fans du prince Jean, mêlée aux paranoïaques d’élevage : « Oui ! Oui ! Devant les tribunaux, le salopard : qu’il en prenne pour vingt ans ! Déchu de ses droits civiques et tout ! Rétablissons la peine de mort ! Du sang, du sang ! »

Ben, non. Finalement… « La colère de Jean Sarkozy est rapportée à des journalistes. »

Les mêmes, très déçus : « Oooooooh, c’est tout ? Pourquoi pas on l’a pas, le joli procès bien saignant ? »

Vous avez compris enfin ?
Claude Askolovitch nous dit que « LA FAMILLE » envisage de porter plainte… mais ne le fait pas.
La famille du Président de la République se refuse à porter plainte pour incitation à la haine raciale devant un Tribunal de la République. Étonnant, non ?
(« On suit, Justine, là-bas dans l’fond ? »)

Et comment Claude Askolovitch nous explique-t-il cette reculade d’une telle importance symbolique survenue aussi près du sommet de l’État, là où se trouve le premier magistrat de France, garant des institutions (le père de l’offensé) ? Hein, comment ?
Ben, il ne nous l’explique pas.

Au lieu que l’ "ON" agisse en citoyen responsable et conscient de son devoir, respectueux des institutions de la République… « la colère de Jean Sarkozy est rapportée à des journalistes » ; mode tout à fait inédit de règlement des litiges.

Ici, rappelons-nous que Jean Sarkozi a su aller LUI-MÊME (on nous l’a assez claironné !) déposer plainte au commissariat du secteur de Neuilly après avoir découvert quelques jours plus tard des graffitis vraiment antisémites sur les murs de sa circonscription…

« La colère de Jean Sarkozy est rapportée à des journalistes. »
« Rapportée » : qu’en termes galants ces choses-là sont dites. Le Dauphin convoque les hérauts royaux afin qu’ils proclament partout sa colère.
Des noms ! Des noms !

« DES » journalistes ? Ou UN seul journaliste finalement, jubilant d’ouvrir la boîte de Pandore avec ses propres petites mains ? Vous vous en remémorez d’autres, des journalistes qui, le 8 juillet sur une autre radio que RTL ou le lendemain dans les quotidiens, aient, conjointement avec Askolovitch, balancé le "scoop" d’un Siné basculant dans l’antisémitisme le plus évident ? Non ? Moi non plus.

Ce pluriel "littéraire" n’est pas de mise. Il faut lire :
« La colère de Jean Sarkozy est rapportée à… Claude Askolovitch. »

Dans un français moins contourné, ne peut-on pas lire : Claude Askolovitch a été contacté, éventuellement au téléphone, par Jean Sarkosi, très en colère - ou, à défaut, un très proche conseiller - et il a été décidé, avec l’accord du jeune Conseiller général, ce qui suit… « L’affaire éclate sur RTL. Nous sommes mardi 8 juillet. » ? Notez la forme excessivement indirecte : le journaliste qui fait éclater l'affaire ? Un anonyme.

Certains impertinents pourraient aller jusqu’à prétendre que - faute de pouvoir agir selon le Droit - "on" a convoqué un propagandiste de combat plus ou moins habile mais très motivé pour lui demander de faire le sale boulot.

(cet été, naïf, j’avais écrit) Lors du procès Siné Vs Askolovitch, je ne vois pas comment Jean Sarkosy pourra éviter de « descendre dans l’arène » à la demande des avocats du caricaturiste, afin de s’expliquer sur le "rapportement" de sa colère au journaliste. De quel droit celui-ci se serait-il permis de se mêler de cette affaire - privée jusqu’ici (disons interpersonnelle) -, si on ne lui avait rien DEMANDÉ ?

Selon Justine Brabant :
« Me Thierry Lévy, deuxième avocat de Siné, interroge le prévenu Askolovitch :
“Saviez-vous que la phrase concernant la possible conversion de Jean Sarkozy au judaïsme a été prononcée par Patrick Gaubert, président de la LICRA ?
- Je l’ignorais.”
»
Dont acte :? Vraiment pas “teigneux”, les avocats…

Il est absolument impossible que le journaliste Claude Askolovitch, proche de Jean Sarkosi, n’ait pas lu l’article de Libération du lundi 23 juin 2008 où - sous la plume de Christophe Ayad et Antoine Guiral - il est très clairement question de ce dernier parmi d’autres membres de la famille :
http://www.liberation.fr/actualite/monde/334081.FR.php
« Patrick Gaubert, président de la Licra et ami de Nicolas Sarkozy, assure n’avoir jamais parlé de ces questions avec lui. “Nous partions parfois en vacances ensemble avec une bande de copains juifs à moi, mais ne parlions jamais de religion.” Il remarque qu’aujourd’hui, le fils de Nicolas Sarkozy, Jean, vient de se fiancer avec une juive, héritière des fondateurs de Darty, et envisagerait de se convertir au judaïsme pour l’épouser. “Dans cette famille, on se souvient finalement d’où l’on vient”, s’amuse-t-il. »
Notons - et c’est important - que Patrick Gaubert, « président de la Licra et ami de Nicolas Sarkozy » (ce qui lui confère une légitimité certaine), qui déclare n’avoir jamais parlé de religion avec celui-ci, est tout à coup en mesure de pouvoir dire aux journaux que son fils Jean « envisagerait de se convertir ».
Notons également que cette possibilité a été évoquée bien plus tôt par voie de presse ("people"), et que nul n’a songé à la démentir. Pas plus qu’il n’y eu de démenti tout de suite après la déclaration de Patrick Gaubert dans un quotidien national de référence.

Notons encore que, lorsqu’il la lit le 8 juillet sur les ondes de RTL, Claude Askolovitch, proche du fils Sarkosi, ne dément pas lui non plus le contenu de la citation tronquée de Siné : « il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive,… ». Le journaliste alors ne parle absolument pas de “rumeur”.
http://www.dailymotion.com/video/x65qrl_askolovitch-sine-rtl-charlie-hebdo_news

Pourquoi je suis sûr que Claude Askolovitch a lu Patrick Gaubert dans Libération ?
Grâce à la candeur de Maître Jakubowicz, avocat de la Licra :
http://www.leprogres.fr/infosdujour/rhone/1040146.html
« Xavier Breuil : Vous êtes à l’origine de la citation à comparaître du dessinateur Siné devant le tribunal correctionnel de Lyon. Comment a été prise cette décision?
Maître Jakubowicz : Dès la publication de la chronique du 2 juillet, le président national de la Licra, Patrick Gaubert, a demandé de poursuivre Siné. C’était comme une évidence. Nous avons envisagé dans un premier temps la diffamation, mais Jean Sarkozy et sa future épouse n’ont pas souhaité descendre dans l’arène.
(…) »

Ainsi, dès le 2 juillet, Patrick Gaubert a « demandé » de poursuivre Siné. Dans cette perspective, il ne manque pas de prendre contact avec Jean Sarkozy et sa future épouse qui ne souhaitent pas « descendre dans l’arène ».
De son côté, Claude Askolovitch relate les choses ainsi : « La famille est excédée. Que faire ? Porter plainte ? » Que sait Claude Askolovitch de cette colère ? Depuis quand ?

Vous y croyez-vous, à une convergence de rencontres et de coups de téléphone autour de Jean Sarkosi, avec la participation de Patrick Gaubert lui-même, et au cours de laquelle la déclaration de celui-ci à Libération ne serait pas évoquée (le “savon” qu’il a dû prendre…) ? Vous y croyez ? Moi, pas.

C’est pourquoi je considère que le silence délibéré - devenu une dénégation - de Claude Askolovitch sur ce précédent de la "rumeur" est un mensonge.

Quand au démenti sur la “conversion", il faut attendre l’article du Nouvel Observateur du 17 juillet pour qu’il soit "suggéré" :
http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2280/articles/a379855-.html
« Manifestement, personne ne lit Siné. Il va falloir une lectrice incongrue pour que tout sorte. Madame Marie Culioli, maman de Jean Sarkozy... Elle est alertée ; et peinée. Jean Sarkozy, évidemment, n’a jamais annoncé une quelconque conversion au judaïsme. Sa fiancée est désespérée de devenir un sujet de rumeurs. »

« Désespérée », peut-être, mais drôlement lente à la réaction, la petite ! Hein, "tonton" Gaubert…

Justine Brabant ne nous rapporte pas que les avocats de Siné aient fouillé la manière dont Claude Askolovitch est entré dans l’affaire pour en assurer le lancement médiatique.
Aucune allusion à l’article du Nouvel Observateur. Rien sur cette phrase pourtant décisive : « La colère de Jean Sarkozy est rapportée à des journalistes. » Rien sur le fait que Claude Askolovitch ait été LE SEUL à soulever ce point avant que d’autres ne relaient l’accusation.
Négociations discrètes de la part des avocats pour ne pas “chatouiller” le “château” ?


poisson (00:40 le 22/01/200) et Camille Payet (01:35 le 22/01/2009) ont bien relevé ce que je qualifie de dangereuse hypocrisie, concernant un auteur et son texte.
Les témoins de la défense ne sont pas de reste, selon Justine Brabant :
Le sociologue Michel Wieviorka (…) explique que le texte de Siné lui paraît "antisémite, mais aussi phallocrate (double raison de sévir).
Dominique Sopo, président de SOS Racisme : "Je pense qu’on peut qualifier l’article d’antisémite, mais un antisémitisme exprimé de façon allusive", explique-t-il, prudent.
C’est juste une affaire de “feeling”, quoi…

Ceci dit, la formulation de tous est amusante : ce n’est pas nécessairement Siné le coupable, c’est son article, comme dit si bien Claude Askolovitch !
Condamnons donc l’article ! Le bout de papier ! Piétinons-le ! Brûlons-le en place publique (autodafé) !
Pour l’auteur Siné…? On ne sait pas.

Par contre, le directeur de publication qui a laissé passer cet article…

Non, la situation n'est pas vraiment amusante.
En fait, l’hypocrisie consiste en cela : si les attendus du procès - et quel que soit le jugement rendu - disent que l’article peut-être “interprété” comme antisémite (ce qui dédouane Askolovitch d’une diffamation), certains s’emploieront à dénoncer une tache indélébile sur la carrière de Siné et sur l’homme ; comme pour Edgard Morin et d’autres.
Par ailleurs, cette “interprétativité” sera une base pour l’accusation du procès de Lyon.

Je pensais qu'éclaircir les conditions de l'implication de Claude Askolovitch dans une situation que lui seul a médiatisée serait le principal objectif des avocats de Siné.
Ils ont “magistralement” raté cette occasion et elle ne se représentera jamais. La suite est destinée à finir en “eau de boudin”, quelle que soit la décision du tribunal. Nous n'en saurons pas plus.
Basta !

Le procès Licra Vs Siné ?
Si ses avocats font preuve de la même mollesse, le guacamole sera bon à jeter.
Aie aie, si l'on doit citer une liste honorable de guignols médiatiques qui nous donnent des leçons de civisme, de liberté d'expression, de citoyenneté, et même souvent d'humanisme .. je pense qu'il serait facile de faire une très bonne et considérable liste en zappant d'une chaîne à l'autre, en consultant bcp de nos nombreux et inutiles journaux : animateurs, éditorialistes, chroniqueurs de marque, et pseudo-experts qui gagnent bcp d'argent en nous vendant matin midi et soir de la peur dans des émissions où ils sont devenus presque aussi indispensables que l'animateur (un exemple de ces émissions : C Dans l'Air ..et des exemples d'invités privilégiés : Sfeir, Servent, Barbier...) ! Sinon, évidemment il y en a d'autres dans d'autres médias : BHL, Adler, Askolovitch, Val, Glucksmann... Tous ceux qui suivent les différents débats de politique étrangère savent à quel point beaucoup de nos stars médiatiques défendent des positions inacceptables nourries de mensonges soutenus soit par un silence aux alentours (supposés apporter une autre vision, tu parles :p) soit par l'absence de contradictions dans les mêmes médias !
Je finis par redire ce que j'ai déjà écrit dans un autre forum ici que je n'ai jamais accepté de cliquer sur "Alerter" dans un forum même quand je lisais des propos inacceptables sur le plan moral (injurieux ou racistes..). Je n'aime pas la censure et je pense que dès que l'on se prête à des censures (y compris de cette nature en alertant un modérateur de forums) on ouvre le sentier où seule la subjectivité majoritaire des puissants doit s'exprimer !

Aujourd'hui pour donner qu'un exemple flagrant que bcp d'@sinautes ont cité ci-dessus : dès que l'on se met à critiquer publiquement la politique de l'état d'Israel, on est aussitôt et presque spontanément taxé d'antisémitisme par l'un des nombreux stars médiatiques qui deviennent au fil du temps, et de répétitions, une "thèse" reprise par la majorité des médias...
J'attends toujours qu'on m'explique avec des arguments en quoi ce texte est antisémite, visiblement, même les experts cités par la défense sont soit incapables, soit à court d'arguments, puisque un parle de "sentiment" de malaise. Je pensais vivre dans un pays ayant assimilé l'héritage des lumières et de la raison, hors un sentiment n'a rien de rationnel, c'est tout l'opposé. L'autre parle d'une stupide analogie entre deux mots "riche" et "juif" qui se retrouve dans la même phrase. Ça n'a aucun sens, c'est la phrase dans son ensemble qui a un sens, pas la présence des deux mots. Bref, pour moi ceux qui attaquent Siné montre juste à quel point ils sont stupides.

Pas besoin de préciser qu'il se convertit au judaïsme pour ironiser sur la situation scandaleuse de ce fils de président qui, malgré sa nullité notoire, se retrouve à des postes auxquels des gens de son age (sans parler de sa formation inexistante) ne devraient pas se retrouver. Rien que ce fait là devrait mener à une insurrection. En effet, ce fils à son papa fera du chemin dans la vie qu'il se convertisse ou pas, qu'il soit incompétent, qu'il soit inexpérimenté, rien n'y changera. Siné, je crois, faisait juste remarquer qu'il était prêt à tout, à se convertir également. Dans la famille Sarkozy, l'important ce n'est pas les valeurs ou la morale, c'est le fric, le pouvoir et le bling-bling. Ben le voilà, le digne fils de son père.

Ah et Daniel, lamentables, les propos de cet avocat, je vous assure, vous n'avez rien d'un paranoïaque, tout le monde est au courant que dans le milieu, il y a beaucoup de monde prêt à lécher les bottes de Sarkozy pour avoir une promotion ou une petite mission... Sauf peut-être le grand-public qui est encore un peu naïf.
Lorsque le Val n'est pas là, les sourires peuvent fuser... des sinés peuvent danser !
Un extrait de la réaction de Gisèle Halimi qui défendait Siné :


"La direction de Charlie Hebdo vient de le licencier brutalement. Motif allégué : propos antisémites. A la lecture attentive de ses quelques lignes, je suis en mesure d'affirmer -en spécialiste du droit de la presse- qu'il ne s'agit que d'un prétexte ; un procès pour antisémitisme n'aurait guère de chances d'aboutir.

Cette opération participe donc des procès en sorcellerie qui se multiplient aujourd'hui pour MAINTENIR UNE PSYCHOSE DU JUIF PERSECUTE".
Autre chose : le billet de Siné se terminait sur des comparaisons d'un goût exquis entre une musulmane en tchador et une loubavitch "au crâne rasé", accompagné d'un dessin de ladite loubavitch, dessin qui faisait plutôt penser à une déportée des camps hitlériens... Je ne trouve nulle part trace de ceci sur le Web ; la reproduction ci-dessus du billet de Siné s'arrête juste avant... Quelqu'un pourrait-il donner un lien vers ce passage, et permettre de verser ainsi une pièce intéressante au dossier ?
http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2008/07/25/771-de-quoi-l-antisemitisme-est-il-le-nom" De quoi l'antisémitisme est-il le nom"
Une fois de plus le président de SOS racisme se fourvoie pour défendre l'oppresseur contre l'opprimé.
Triste, mais bientôt on n'en parlera plus.
Il devrait méditer sur ce que la LICRA est devenue.
"Je dis que ce qu'écrit machin est antisémite, mais je n'accuse pas machin d'être antisémite". Bon, admettons. L'adjectif et le nom coïncide, rien à dire.

Alors le texte dit par Askolovitch est diffamatoire, mais Askolovitch n'est pas diffamateur. Bon, mais on a le droit d'être diffamatoire si on est pas diffamateur? Est-ce possible? Ça coïncide moins le nom et l'adjectif, et donc c'est moins flagrant, faut voir.

En traduisant tout en latin? Peut-être que la bonne déclinaison des mots sauterait aux yeux, et que la justice retrouverait ses marques...

Ma liberté d'expression contre ta liberté d'expression. Attention, si la justice ne fait pas un peu le tri, qui, quoi, quand, comment, où, la confusion va régner. Siné n'est surement pas contre un peu de confusion surgissant de la justice telle la vapeur de la cocotte-minute, mais surtout si il gagne, au moins un des procès quoi.
juste une chose : askolovitch = tête à claques ! Je crois qu'il faut s'en méfier réellement, il est vraiment mauvais. Faire chier un vieux monsieur sympa comme tout, et surtout pas antisémite (faut arrêter d'être con des fois) est LAMENTABLE de sa part et de la part de la LICRA. Marre de ces cons qui voient le mal partout.
Très bon récit, Val toujours aussi CM ( les amateurs de la "Guerre des Boutons" voient de quoi je parle)

Siné pugnace malgré sa santé...

Il ne faut pas oublier que DS a commencé par sucer la roue du lamentable Askolovitch avant de plier le genou devant l'indignation du forum !

Ce qui n'est pas à son honneur malgré l'amitié que nous avons pour lui : le mot "antisémite" est à manier avec davantage de précaution, me semble-t-il, et ne pas savoir qu'il ne peut s'appliquer à Siné devrait valoir un retour à la case "culture maraîchère, option agricole", moins amusante mais plus productive que la case "coopération journalistique dans les lynchages valiens" !

Il fallait le dire, c'est fait.

***
Me Lévy évoque une chronique de Daniel Schneidermann dans Libération (lien indisponible, hélas) qui portait sur ce sujet.

Certes, c'est bien de nous préciser que la chronique n'est plus disponible sur le site de Libération, mais on peut quand même la retrouver facilement sur le web.
C'est pas Alain Lévy, le deuxième avocat de Siné, mais Thierry Lévy.
Beaucoup de bruit pour pas grand chose

Pourtant déjà dans l'histoire un personnage a dit
Paris vaut bien une messe...

Epouser le royaume de France en se convertissant... c'est du déjà vu !

Pour les nul en histoire, cf Henri IV, les parpaillots et la Saint-Barthélémy

Stan 1000g
Je ne serais pas surpris qu'en écrivant ce récit, il vous soit venu à l'esprit que vous fîtes les fondations d'un forum potentiellement explosif, Justine.
Je repasse par ici en fin de journée, laissez la cafetière allumée :-)
Après d'édifiants (ou terrifiants) articles sur les prisons, Justine Chroniqueuse Judiciaire... il se dégage comme une ligne directrice.

Merci pour ce bon moment narré avec talent.

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.