Michel Aubier, pneumologue salarié de Total, comparaît pour parjure
article

Michel Aubier, pneumologue salarié de Total, comparaît pour parjure

20 ans de mise en doute du lien entre cancer et pollution à la télé

Réservé à nos abonné.e.s
Il doit comparaître pour parjure au tribunal correctionnel de Paris demain 14 juin. Le médiatique pneumologue Michel Aubier risque cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende pour avoir affirmé, devant une Commission d'enquête du Sénat en 2015, qu'il n'entretenait aucun lien d'intérêt de nature à affecter son jugement sur la dangerosité de la pollution de l'air. Il était en fait rémunéré par la multinationale du diesel Total, depuis 1997, à hauteur de sommes importantes. Avant que le scandale n'éclate, Aubier a pu dispenser des vues très rassurantes sur la dangerosité de la pollution de l'air, causée en grande partie par le diesel, allant jusqu'à mettre en doute le lien de causalité entre celle-ci et le cancer du poumon, pourtant mise en évidence par l'Organisation mondiale de la Santé.



L'affaire a éclaté en mars 2016. Michel Aubier, chef du service de pneumologie de l'hôpital Bichat, chercheur à l'université, et personnalité médiatique de la santé, est invité comme de nombreuses fois auparavant de l'émission Allô docteurs, sur France 5, présentée par Michel Cymès et Marina Carrère d'Encausse. L'émission est consacrée aux liens entre le cancer du poumon et la pollution de l'air. Face caméra, Aubier déclare : "La pollution peut être cancérogène mais, pour le moment, ce qui a juste été démontré, ce sont essentiellement les cancers dus à une e...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.