Mc Chrystal : un général français, victime collatérale
Brève

Mc Chrystal : un général français, victime collatérale

"

La doctrine de contre-insurrection traditionnelle, telle que l'a engagée McChrystal depuis un an, avec un usage restreint de l'ouverture du feu, des moyens aériens et de l'artillerie pour réduire les dommages collatéraux, ne semble pas fonctionner": pour cette interview publiée dans le Monde, le général Desportes sera sanctionné, annonce aujourd'hui Hervé Morin, ministre de la Défense.




Sur RMC "Faisant allusion aux déclarations tenues la semaine dernière par le Général Desportes (patron des Ecoles de guerre) sur l’absence totale d’influence de la France dans cette guerre et sur sa soumission aux Etats-Unis, Hervé Morin a affirmé « il sera sanctionné (...) Le général Desportes est soumis à une obligation de réserve. Son devoir de réserve lui impose de ne pas manquer de discernement. Il a manqué de discernement " rappelant que «jusqu’à nouvel ordre, les militaires sont sous l’autorité des politiques». «Moi, quand j’étais fonctionnaire, j’appliquais et j’exécutais les ordres de la majorité en place» a-t-il insisté." explique RMC


"
La sanction n'a évidemment pas la même portée que le  limogeage du général Stanley McChrystal par Barack Obama après son interview à Rolling Stone, elle en est plutôt un effet collatéral" souligne Rue89

 


Le 2 juillet le général déclarait au Monde, au lendemain du limogeage de McChrystal :

"Ses partisans expliquent que l'on porte le combat" là où même les Soviétiques ne sont pas allés ". Ils assurent qu'après cette phase où nous comptons plus de morts, il y aura l'embellie, de la même façon qu'en Irak, sous l'impulsion du général David Petraeus en 2007, il a fallu en passer par là avant que la situation ne s'améliore." déclare le général français dans le Monde paru jeudi après-midi, le 1er juillet.

"N'empêche, factuellement, la situation n'a jamais été pire. McChrystal a toujours dit que cela prendrait du temps. Mais le fait d'avoir modifié la façon de combattre n'a pas encore porté ses fruits de manière claire. Cela a des conséquences sur le moral des troupes. L'armée américaine doute des directives McChrystal. Les soldats disent :" On protège les populations afghanes mais c'est nous qui nous retrouvons en danger ", " on est en train de perdre ", " on ne peut même pas faire notre métier de soldats "

A propos d'Obama et de la position de la France "Il y a un an, il a opté pour 30 000 soldats de plus. Tout le monde savait que ce devait être zéro ou 100 000 de plus. On ne fait pas des demi-guerres. (...) C'est une guerre américaine. Quand vous êtes actionnaire à 1 %, vous n'avez pas la parole."


Le Monde daté du 2 juillet 2010 picto



Le lendemain, vendredi matin 2 juillet, le chef d'état-major des armées Edouard Guillaud, invité de de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1, condamne ces déclarations. "Le Général Desportes a exprimé une opinion personnelle malvenue et insuffisamment argumentée (...)C'est une opinion irresponsable car elle vient de quelqu'un qui est en activité". C'est"une faute", comme le remarque Jean-Dominique Merchet sur son blog de Libération.

Le chef d'état-major reçoit l'après-midi même le général fautif et annonce que le "dossier sera transmis au ministre" qui vient d'annoncer, ce mercredi 7 juillet, qu'il va donc en tirer les conséquences.


Jean Guisnel (Le Point) croyait pourtant savoir, lundi 5 juillet, que le général ne serait pas sanctionné : "Selon nos informations, le ministre de la défense Hervé Morin n'aurait pas l'intention, à ce stade, de sanctionner le général Vincent Desportes, directeur du CID dont une interview dans Le Monde sur la stratégie française en Afghanistan a fait des vagues..."

Il semble que la situation a évolué depuis, puisqu'Hervé Morin annonce le contraire ce mercredi 7 juillet.
Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.